« On a essayé la droite, la gauche, à un moment faut mettre un uppercut ! »
Partager
Tweeter
Françaises, Français
Article sélectionné dans
La Matinale du 23/03/2017
Découvrir l’application
édition abonné

« On a essayé la droite, la gauche, à un moment faut mettre un uppercut ! »

Sans emploi et sans perspective, Jean-Pierre et Félicie mettent tous leurs espoirs dans l’élection présidentielle. Un reportage à Agde de notre série #FrançaisesFrançais.

Le Monde | • Mis à jour le | Par

Jean-Pierre et Félicie, 46 et 50 ans, au Secours populaire d’Agde. Ils ont deux enfants, sont au RSA et n'ont pas souhaité montrer leurs visages.

Elle n’en peut plus de cette odeur de moisi qui contamine tout et qu’aucun lavage n’efface. En un an et demi, les murs de la maison de Félicie (les prénoms ont été changés), si blancs lors de l’emménagement, se sont constellés de noir, gagnés par l’humidité.

Jean-Pierre, son mari, a fait le diagnostic : le toit n’est plus étanche. « Mais le proprio s’en fout, il dit qu’il a dix familles prêtes à prendre notre place. » Ce dernier, de fait, s’en moque bien, lui qui a découpé ce pavillon d’un quartier pavillonnaire d’Agde (Hérault) en six logements insalubres, rattachés à seulement quatre compteurs électriques, comme tout bon marchand de sommeil qui se respecte.

Le couple a fait constater le problème par l’Association départementale d’information sur le logement (ADIL). « Mais ça ne change rien, c’est le pot de terre contre le pot de fer. » Alors en attendant, ils n’ouvrent plus la porte du salon-salle à manger où le taux d’humidité est particulièrement insupportable, et dînent, avec leurs enfants de 16 et 9 ans, dans leur chambre, moins exposée.

« Je suis en train de tout perdre », se lamente Félicie, qui pointe le noir sur ses voilages. Elle a retiré les housses du canapé pour les préserver.

Tête rasée, biceps saillants, Jean-Pierre est aussi imposant que sa femme est menue. Il a 46 ans, elle 50. Ils se sont connus tout jeunes, quand Jean-Pierre pesait trente kilos de moins et boxait comme poids léger. Il en a gagné des combats. « Je suis même passé sur Canal+ ! », dit-il avec fierté. Comme il est doux de rappeler ces victoires après avoir brassé les problèmes du quotidien.

Des petits boulots ici et là

Les soucis, ils pensaient les laisser dans leur Nord d’origine, un cousin leur ayant dit que « dans le Sud », il y avait du travail. Ils y ont cru quand, lors de leur arrivée dans la station balnéaire à l’été 2015, Jean-Pierre a trouvé facilement un boulot d’agent de sécurité. Quelques...