Élection présidentielle 2017
LIVE Présidentielle : cinq candidats pour trois heures de débat animé
Images d'un écran diffusant le débat télévisé entre les cinq principaux candidats à la présidentielle 2017 sur le plateau de TF1 au studio 217 de la Plaine Saint-Denis, lundi 20 mars 2017.

Présidentielle : cinq candidats pour trois heures de débat animé  

François Fillon, Benoît Hamon, Marine Le Pen, Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon ont débattu en direct pour défendre leur vision de la société, de l’économie et des questions internationales.

LES FAITS

SUIVEZ LE LIVE DE L'ÉVÉNEMENT

LES FAITS

LE LIVE

  • Nos journalistes sont mobilisés pour commenter et analyser en direct ce débat inédit via leur compte Twitter :
- Matthieu Goar et Alexandre Lemarié, qui suivent la campagne de François Fillon
- Olivier Faye (Marine Le Pen)
- Bastien Bonnefous (Benoît Hamon)
- Raphaëlle Besse Desmoulières (Jean-Luc Mélenchon)
- Cédric Pietralunga (Emmanuel Macron)
- Maryline Baumard, spécialiste des questions migratoires
Sarah Belouezzane, spécialiste de l'emploi et du social
- Julia Pascual, spécialiste des questions sécuritaires

  • L’émission est divisée en trois séquences de cinquante minutes : les sujets de société, l’économie, puis l’international. Chaque candidat aura deux minutes pour répondre aux questions des deux journalistes, Gilles Bouleau et Anne-Claire Coudray, mais pourra être interrompu par un concurrent à partir d’une minute trente.

  • C'est la première fois qu'un débat est organisé avant le premier tour de l'élection présidentielle. Deux autres émissions sont prévues avant le 23 avril, le 4 avril sur BFM TV et Cnews puis le 20 avril sur France 2. Elles doivent réunir les cinq candidats de ce soir ainsi que les six autres qualifiés: Nathalie Arthaud, François Asselineau, Jacques Cheminade, Nicolas Dupont-Aignan, Jean Lassalle et Philippe Poutou.

Lire aussi nos articles :

Réagissez
Le Monde
Chers lecteurs,
 
nous fermons désormais ce direct. Vous pourrez bientôt lire sur LeMonde.fr une synthèse de ce débat.
 
Et vous pourrez nous retrouver dès 6 heures pour suivre les réactions à cette émission ainsi que l'ensemble des actualités de la campagne. D'ici là...bonne nuit et merci de nous avoir suivis !
Le Monde

L'Europe, grande absente du débat
 

Hormis quelques passes d’arme convenues, l’Europe aura été la grande absente du débat entre les cinq principaux candidats à l’élection présidentielle, note Philippe Ricard, chef adjoint du service International au Monde. Les uns et les autres ont à peine évoqué les questions budgétaires, feignant d’ignorer les engagements pris par Paris dans le cadre du pacte de stabilité et de croissance.
 

  • Marine Le Pen a attendu la conclusion des échanges pour marteler sa promesse d’un référendum pour ou contre la sortie de l’Union européenne, afin, selon elle, de permettre aux Français de « retrouver leur souveraineté ». « Je ne ferai rien contre votre volonté », a-t-elle dit dit: « Je vous appelle à la liberté ».
     
  • Un peu plus tôt, Emmanuel Macron s’était bien gardé du moindre lyrisme sur le sujet, tout en soulignant son « grand désaccord » avec Le Pen sur l’Europe. Il a tenté de mettre en garde contre la tentation d’un « frexit », en rappelant le précédent du brexit, approuvé le 23 juin par référendum au Royaume-Uni: « Les responsables du brexit se sont carapatés » après leur victoire, a dit M. Macron.
     
  • François Fillon a lui aussi brièvement attaqué Marine Le Pen sur l’hypothèse d’une sortie de l’UE et de l’euro: « une aventure qui conduirait à la ruine » de la France. La candidate du Front national a au contraire estimé que le Brexit « était un succès formidable ».
     
  • Jean-Luc Mélenchon est resté très discret, lui qui promet de dénoncer les traités européens, pour s’affranchir de leurs règles, avant de soumettre aux électeurs le résultat de la renégociation qu’il compte engager. Quitte à sortir de l’UE. Mais il s’est gardé pendant le débat d’emboîter le pas à Marine Le Pen. Il a en revanche affirmé vouloir « sortir de l’OTAN », et projette une grande conférence sur la sécurité en Europe.
     
  • A ce sujet, c’est Benoît Hamon qui s’est le plus engagé, en assurant vouloir prendre une initiative pour « plus d’Europe » dans la défense.
Le Monde
Retrouvez dans nos articles quelques moments forts du débat :
 
 
Les Décodeurs
Emmanuel Macron a dit ce soir être « contre le fait que les peines de moins deux soient systématiquement non appliquées.» Or c'est faux.
 
Il est en effet possible, pour les peines de prison ferme de moins de deux ans, d’aménager la peine si la situation de la personne condamnée le permet aux yeux de la justice. Il n’y a alors pas de mandat de dépôt. Il est en revanche erroné de dire que les peines de prison de moins de deux ans ne sont jamais appliquées. La preuve ? Au 1er janvier 2015, 12 % des peines en cours d’exécution (sur 60 742 détenus) concernaient des peines de moins d’un an et 29 % des peines de 1 à 3 ans, selon les chiffres du ministère de la Justice.
Les Décodeurs
Qu'est ce que le concordat?

-Alice
 
Bonsoir Alice, le Concordat est un régime dérogatoire en Alsace et en Moselle, qui étaient sous administration allemande quand la loi de séparation de l'Eglise et de l'Etat a été votée en France (en 1905). Il date de Napoléon Bonaparte et prévoit, entre autres, que les ministres des cultes "officiels" (prêtres, pasteurs, rabbins) y jouissent d'un statut de fonctionnaire, que l'enseignement religieux soit dispensé dans les écoles publiques ou encore que les lieux de culte puissent être financés par les collectivités locales.
 
Pour plus de détail, lire cet article publié en 2007 :
 
Les Décodeurs
L'espérance de vie est-elle en baisse ? 
 
« Pour la première fois depuis longtemps, l’espérance de vie tout court, pas en bonne santé, recule », a affirmé Jean-Luc Mélenchon. Qu'il se rassure : l'espérance de vie est repartie à la hausse en 2016, à 85,4 ans pour les femmes et 79,3 ans pour les hommes après avoir baissé légèrement en 2015, un recul que les démographes qualifiaient alors de "conjoncturel".
 
 
Le Monde
Après 3h20 d'émission, le débat est désormais terminé
Le Monde
Emmanuel Macron : merci à l’ensemble de mes compétiteurs, nous avons mené une discussion qui je l’espère vous aura donné plus de clarté. Je souhaite profondément réconcilier les vues car notre pays se divise bien souvent sur la peur.
 
Notre pays a de l’énergie, ce courage du peuple francais, vous n’etes pas le problème. Le problème est que les solutions, l’ordre etabli ne sont plus les bons. Mon projet libère, en donnant plus de marge de manœuvre à ceux qui veulent créer.
Le Monde
Le Monde
Le Monde
Jean-Luc Mélenchon : le monde entre dans une saison des tempêtes au sens propre avec le changement climatique et au sens figuré. nous ne pouvons pas affronter cette situation pieds et poings liés par la chaîne de l’argent. La cupidité doit céder la place à la vertu.
 
L'intérêt général humain commande pour notre pays mais aussi en respect de l’humanité unveirselle. A 65 ans je n’organise pas ma carrière. J'assume ma mission, rendre la France aux français en la libérant de l’oligarchie, rendre la République à la France en la libérant de la monarchie présidentielle. 
Enfin j’assumerai la tâche compliquée d’avoir à tout changer en Europe sans tout détruire, de faire valoir notre volonté d’indépendance sans agresser et sans fracasser. Pour finir je vous dis ceci : pour la part qui me reviendrait je suis prêt aux responsabilités, elles entraînent une mobilisation populaire.
Le Monde
Marine Le Pen : mes chers compatriotes, rendez-vous compte que la plupart des promesses faites ce soir ne pourront être mises en oeuvre car l’Union européenne nous cadenasse, nous interdit, nous brime. A chaque fois, l’indépendance consiste à décider pour nous mêmes. 
Vous Francais avez le droit de vous protéger des pluri insécurités qui sont la conséquence de l’ouverture totale de nos frontières, que ce soit sur le plan économique ou de la circulation des hommes, la mondialisation sauvage a été un cauchemar pour vous. Baisse du pouvoir d'achat, délocalisation, chômage, qui n’a cessé de s’envoler au fur et à mesure des ans. Il est temps de retrouver la protection de la nation. Je ne ferai rien contre votre volonté.
Je vous appelle à la liberté.
Le Monde
Le Monde
Benoît Hamon : le 23 avril puis le 7 mai je vous propose un vote utile, un vote qui vous est utile, un vote utile à vos enfants, à vos petits-enfants. Nous avons pris trop longtemps l’habitude de nous rendre aux urnes pour voter contre, par dépit, par déprime, par élimination. Je vous propose de voter pour la transition écologique car nos modes de vie et de consommation épuisent la planète.

Je vous propose de voter pour une nouvelle protection sociale qui s’adapte au travail tel qu’il est et non qu’il tel qu’il fut. Je vous propose de voter pour une VIe république, pour une Europe qui soit libérée enfin du dogme de l'austérité et enfin pour voter pour une République bienveillante. 
Le Monde
 

François Fillon : mes chers compatriotes l’enjeu de cette élection, c’est l’alternance. je suis le seul candidat qui peut la rendre possible. Entre la révolution des extrêmes ou la conduite par d’autres moyens de la politique de ce mauvais président qu'était François Hollande je suis le seul à vous proposer un vrai changement pour le redressement de notre pays. Je suis le seul qui pourra disposer d’une majorité cohérente et stable. J'ai pu commettre des erreurs. J'ai des défauts. Qui n'en a pas ? Mais j'ai l'expérience de la gestion d'une petite ville, d'un département, d'une région, et du gouvernement.

Le Monde
Le débat touche à sa fin. Les candidats sont invités à conclure (ils disposent pour cela d'une minute trente chacun)
Les Décodeurs
Marine Le Pen dit vouloir "expulser les étrangers islamistes fichés S". Une proposition inapplicable. 

En pratique, la loi permet tout à fait d'expulser un étranger qui représente « une menace grave ou très grave pour l'ordre public ». La décision peut être prise par le préfet ou, dans certains cas, le ministre de l'intérieur. Sauf « urgence absolue », la procédure demande de convoquer la personne concernée devant une commission avant de prendre une décision. Convocation qui doit être notifiée au moins quinze jours à l'avance.

Ce qui pose problème, c'est que la candidate laisse entendre qu'il serait possible d'expulser de manière systématique des étrangers soupçonnés d'appartenir de près ou de loin à la mouvance djihadiste. Or la décision d'expulsion ne peut se faire qu'en fonction d'une appréciation individuelle de la menace. Il n'est pas nécessaire que la personne visée ait été condamnée, mais le danger doit être jugé « actuel » et « proportionnel » à la décision d'éloignement.

Le cas des fichés S egroupe des situations bien trop vagues et diverses pour légitimer des expulsions systématiques. La fiche S est un outil de surveillance, pas d'appréciation du niveau de dangerosité d'un individu. 

 
 
Le Monde
Emmanuel Macron parle de lutte contre le "terrorisme islamiste" à l'international et propose d'"enfermer" les revenants de Syrie.
Le Monde
Emmanuel Macron : d’abord, personne ne peut dire qu’il n’y aura pas de nouveaux attentats. Il faut beaucoup d’autorité et de responsabilité pour construire une action résolue. A l’extérieur en luttant contre le terrorisme islamiste en Syrie, en Irak, en continuant le travail avec la coalition.
Le Monde
Le Monde
François Fillon : on est en présence d'un mouvement totalitaire en train de déstabiliser une grande partie du monde. L’Egypte n’a échappé à ce fondamentalisme qu’en mettant au pouvoir une forme de dictature…que le gouvernement actuel français considère comme formidable.
 
C’est une guerre de longue durée qui va nous occuper pendant la décennie qui vient et qui nécessite l’alliance que j’appelais de mes vœux tout à l’heure en mettant devant leurs responsabilités en particulier les Saoudiens qui abritent sur leurs territoires beaucoup des penseurs de ce fondamentalisme. Il faut que nous mettions notre pays en sécurité. Il est possible, lorsque quelqu'un se retourne contre la France, d'activer la déchéance de nationalité, sans aucune loi nécessaire, c'est une disposition prise par le Front populaire.
Le Monde
Le Monde
Marine Le Pen : il faut retrouver la maîtrise de nos frontières ; interdire les organisations islamistes, une idéologie totalitaire ; expulser les étrangers islamistes "fichés S" ; et il faut la déchéance de nationalité pour ceux convaincus de fondamentalisme. 
Le Monde
Le Monde
Benoît Hamon : il faut arrêter les partenariats avec des pays comme le Qatar ou les Emirats arabes unis. Nous devons avoir une position beaucoup plus centrale dans la capacité à discuter avec les acteurs du monde chiite, sunnite, de façon à ne pas nous retrouver embarqués.  
Le Monde
Vanessa Schneider, grande reporter au Monde : Marine Le Pen s'attaque frontalement à son principal concurrent dans les intentions de vote, Emmanuel Macron, sur les affaires internationales. Elle lui reproche d'être confus et de ne jamais "trancher". Elle prend les auditeurs à témoin "ça ne veut rien dire, on ne comprend rien". 
Le Monde
Le Monde
Question : comment éviter que se reproduisent les attentats terroristes en France ? 
 
Jean-Luc Mélenchon : aujourd’hui les actes terroristes sont pour l’essentiel le fait de l’islamisme politique. Dans tout ça la religion est un prétexte. Que faire ? Premièrement, arrêter les guerres. Deuxièmement, apprendre à se passer de gaz et de pétrole. Troisièmement, combattre l’ennemi là-bas. 
 
Le Monde
Marine Le Pen : Emmanuel Macron a un talent fou : il a parlé sept minutes sans avoir rien dit. J’attire l'attention des Français : un petit peu de ceci, un petit peu de cela... je trouve cela très inquiétant.
 
Emmanuel Macron : Contrairement à vous, je ne veux pas pactiser avec Poutine, je veux une politique française forte mais responsable, contrairement à vous, une France forte mais dans l'Europe ! 
 
Le Monde
Question : face à Donald Trump, quelle attitude adopter ? 
 
Emmanuel Macron : il y a eu un manque dans notre débat : on a peu parlé d’Europe et de finance publiques. J’ai des désaccords avec François Fillon. Je pense sans trahir les autres que nous somme les deux à avoir essayé de faire un bouclage financier. Je suis le seul à me conformer à nos engagements européens. J'entends beaucoup parler de cadeaux, mais sans dire comment les donner.
 
Notre histoire, celle de la France et des Etats-Unis, est une histoire séculaire. Nous avons ensemble construit la paix dans le monde avec des alliances historiques. Je ne construirai pas mon indépendance en allant me rapprocher de Poutine mais avec plus de responsabilité européenne. 
 

 

Le Monde
Le Monde
Benoît Hamon : vous conduiriez cette lutte aux cotés du régime d'Al-Assad ? Ca dit beaucoup de quel président vous pourriez être...
 
François Fillon : le gouvernement auquel vous avez appartenu a conduit à livrer des armes aux terroristes. Il faut moins engager les armées que vous l’avez fait avec votre président, on n'est jamais intervenu autant que sous le mandat de François Hollande, je ne crois pas que France puisse assumer ces responsabilités, je ne propose pas une défense européenne, mais rien n’empêche d’avoir une complémentarité européenne, de se répartir les tâches.
Le Monde
Le Monde
Le Monde
Question : vous voulez établir une relation de confiance avec la Russie. vous pensez que la Russie de Vladimir Poutine qui a envahi la Crimée est un partenaire digne de confiance ? 

François Fillon :
nous-mêmes nous avons modifié des frontières, le Kosovo par exemple parce que nous sommes des Occidentaux nous pensons que nous pouvons tout faire, envahir l’Irak, régler l’ordre dans toute une partie du monde.  
Le Monde
Analyse de Vanessa Schneider, grande reporter au Monde : 
 
François Fillon renvoie à nouveau Marine Le Pen à son "irréalisme" concernant la politique de défense: "c'est impossible, des milliards distribués !" Il se pose en garant du respect de la maîtrise budgétaire. Jean-Luc Mélenchon se pose en candidat de la paix. Benoît Hamon appuie sur les ambiguïtés de Jean-Luc Mélenchon à propos de la Russie. 
 
Le Monde
Benoît Hamon : j’ai une question. Pouvez-vous préciser le point sur les frontières, sur la conférence ?

Jean-Luc Mélenchon : il faut qu’on rediscute de toutes les frontières, par exemple Russie-Ukraine avant ou après Crimée ? Accepte-t-on ce qu’a décidé Monsieur Poutine ? On doit en parler. Pour l’instant vous ne voyez que les problèmes entre Russes et Ukrainiens, attendez de voir les problèmes entre Polonais et Ukrainiens, les Autrichiens et les Hongrois. 
Le Monde
Question : vous voulez sortir de l’OTAN. Doit-on se trouver de nouveaux alliés ?  
 
Jean-Luc Mélenchon : c’est difficile en une minute de traiter de problèmes de cette ampleur car le monde est redevenu dangereux. L’Europe de la défense est l’Europe de la guerre : avec qui contre qui pourquoi ? Je veux être le président de la paix donc en Europe la première chose à faire est une conférence de sécurité dont je veux prendre la tête, de l’Atlantique à l’Oural.
Le Monde
Le Monde
Question : Marine Le Pen, vous n’êtes pas dans une optique d’alliance, la France n’a-t-elle besoin de personne ? 

Marine Le Pen : personne ne décide à notre place. Je suis attachée à la liberté des Francais. Je ne veux pas forcer nos soldats à aller faire des guerres que l’on n'a pas décidé. 
Parlons de l’armée, des hommes et des familles. Les militaires sont dans une situation de désespérance totale.
Il faut que le budget de l'armée passe à 2% du PIB dès 2018.

François Fillon : C'est juste impossible. Ce sont des dizaines et des dizaines de milliards d'euros supplémentaires qui s’accumulent depuis le début de l’émission.
Le Monde
Question : La France doit faire face au terrorisme, le président de la République est aussi le chef des armées. Benoît Hamon, est-ce que l'armée a vocation à intervenir en Afrique et au Moyen-Orient ? 
 
Benoît Hamon : dans le cadre de la légalité internationale bien sûr, à mes yeux, toute intervention militaire de la France doit se situer dans le cadre des Nations unies pour pouvoir protéger nos intérets fondamentaux. 
Le Monde
La question en vient désormais à la dernière partie de ce débat : la place de la France dans le monde. 
Le Monde
Benoît Hamon : Il y a aujourd'hui besoin de mettre davantage de moyens pour accompagner les personnes âgées qui sont en perte d’autonomie, en augmentant de 30 % l’aide, une réalité celle qui consiste à accueillir les personnes en EHPAD.
 
Je souhaite que soit inscrit dans la loi un droit à l’euthanasie, à la fin de vie.
Le Monde
Le Pen accuse Fillon de vouloir "privatiser" la sécu. "C'est de la caricature", rétorque-t-il, mal à l'aise
Le Monde
Marine Le Pen : Il y a plein d’économies à faire dans le domaine de la santé. Par exemple avec les medicaments à l’unité.
 
Nous avons plein de choses à faire également sur la question du handicap. Par exemple, l'autisme n’est pas pris en compte dans notre pays, il faut y répondre. La Suisse, le Canada et la Belgique sont la démonstration de notre incapacité. 
 
Le Monde
Macron distribue les bons points : d'accord avec Hamon sur les déserts médicaux, avec Fillon sur l'autonomie.
Le Monde
Emmanuel Macron: Je suis d’accord avec l’autonomie, c‘est dans mon programme. Il faut un décloisonnement entre médecine de ville et médecine hospitalière.
 
Il y a un tiers des départements où il n'y a pas de continuité dans les soins. La solution, c'est des maisons de santé qui assurent cela avec un personnel mieux rémunéré.
 
On doit avoir de la prévention : on soigne bien mais on prévient mal.
Le Monde
Hamon plus éteint depuis la page de pub. Coup de fatigue après le meeting de Bercy hier ?
Le Monde
"Faut payer les médecins correctement" : Fillon soigne une de ses clientèles électorales
Le Monde
François Fillon : Une priorité : remettre les médecins généralistes au cœur du dispositif car il y a une désaffection à l’installation des médecins. Pour qu’il y ait des médecins généralistes, il faut les payer correctement. Le temps du médecin de famille qui travaillait 80 ou 85 heures et se rendait chez les malades est fini. Il faut des maisons de santé, on les a tué par un excès de réglementation et de normes. J'assume une part de responsabilité à ce sujet d'ailleurs.
 
Il faut donner de l’autonomie aux hôpitaux, aux établissements, pour qu’ils s’adaptent et mettre en place un vrai maillage du territoire avec des structures pour les petites urgences.
 
Le Monde
Question : comment améliorer l’accès aux soins ?
 
Jean-Luc Mélenchon : il faut faire une sécurité sociale intégrale qui rembourse 100 % de toutes les dépenses de santé qu’une personne est conduite à devoir faire. 100% ça veut dire qu’on rapatrie dans la sécurité sociale les complémentaires et en supprimant purement et simplement le RSI, en faisant revenir la totalité des indépendants qui le souhaitent dans la sécurité sociale.
Le Monde
Tranquillou, Mélenchon se cale un débat avec Macron sur le système des retraites. "Y aura bien une télé qui sera d'accord..."
Le Monde
Benoît Hamon : Les maladies chroniques, elles sont liées à nos modes de vie. Elles peuvent être évitées par des politiques environnementales qui s’attachent à ce qu’on interdise les perturbateurs endocriniens que l’on trouve dans les produits de consommation courante. 
 
La seconde chose c’est l’accès aux soins. Dans un certain nombre de déserts médicaux il faut attendre 10 jours ou 15 jours pour aller voir un médecin généraliste. Il y a un dysfonctionnement de l'hôpital public car trop de pression sur ses salariés.
Le Monde
L'émission aborde désormais le thème de la santé. 
Le Monde
Analyse de Vanessa Schneider, grande reporter au Monde
 
Sur les retraites, opposition classique droite-gauche. François Fillon se fait professoral, défend la retraite à 65 ans et dénonce les "illusions" des candidats de la gauche. Emmanuel Macron apparaît "techno" sous l'oeil goguenard de François Fillon. 
 
Le Monde
Question à Emmanuel Macron :  est-ce la fin des régimes spéciaux de retraite ?
 
Emmanuel Macron : Selon le secteur auquel vous appartenez, vous n’avez pas les mêmes droits. Si vous avez voulu être un aidant à un moment, vous n’avez pas les mêmes droits. On garde un système par répartition.  Ensuite on prend en compte la pénibilité par secteur. C'est un système qui va progresser pour être effectif d’ici dix ans. 
 
Le Monde
Entendu ici : "Mais ils partent à quel âge à la retraite les curés?"
Le Monde
François Fillon: le programme de Le Pen c’est le programme de la gauche en 1981 !
 
En 2003, lorsqu’on a fait la réforme des retraites, on a débattu de la question de la pénibilité et au fond le seul critère objectif qu’on avait trouvé c’est l’espérance de vie par profession. Qui a l'espérance de vie la plus longue ? Les curés et les enseignants ; la plus courte : ceux qui travaillent dehors. Si l’on voulait moduler l'âge de la retraite en fonction de critères objectifs comme ceux-là, vous voyez tout de suite au regard de M. Mélenchon que ce serait difficile à mettre en oeuvre. On continue l’évolution jusqu’à 65 ans, ce qui nous mettra exactement au niveau de nos voisins. Grâce à ça, on sécurisera le financement des retraites sinon les pensions baissent.
Le Monde
VIDÉO Laïcité : revoyez la passe d’armes entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen sur le burkini
 
Les Décodeurs
Marine Le Pen a cité l'exemple des avocats pour justifier sa proposition d'interdire aux mutuelles de faire de la publicité à la télévision. Un argument un peu daté, puisque cette interdiction qui frappait les avocats a été levée par le Conseil d'Etat en 2015.
Le Monde
Marine Le Pen : Si les retraites vont mal c’est parce qu’il n’y a pas de création d’emplois dans notre pays. Dans un régime par répartition, ceux qui travaillent financent les retraites. Quand on fait des réformes pour allonger le temps de travail sans prendre en compte l’espérance de vie en bonne santé, qui stagne voire recule, il faut recréer des emplois et pas demander aux Français des sacrifices.
 
On peut faire des économies partout : délinquance, fraude sociale, fraude fiscale, aide médicale d’Etat….contre lesquels rien n’est fait.
 
 
 
Le Monde
Jean-Luc Mélenchon : J'abaisse l'âge de départ à la retraite parce que je trouve incroyable qu’on soit revenus au niveau où l'on était lorsque ont été créées les retraites en 1910.
 
On revient à la retraite à 60 ans et on revient aux 40 annuités, comment ça se paie ? Il faut et il suffit que les femmes soient payées comme les hommes et à partir de là les cotisations sociales équilibreraient le régime.
Le Monde
Question : faut-il conserver l'âge actuel de la retraite ?
 
Benoît Hamon : Je propose que justice soit faite à ceux qui ont eu un métier pénible, qui auront une espérance de vie plus courte et qui doivent partir plus tôt car ils en profiteront moins que les autres.
Je propose que dans un couple il y ait la possibilité de faire don à son conjoint d’un trimestre. 
Le Monde
Analyse de Vanessa Schneider, grande reporter au Monde :
 
François Fillon s'en prend enfin à Marine Le Pen au bout de plus de deux heures de débat sur la question de la sortie de l'Euro dénonçant un "chaos économique et social" si son programme était appliqué. Marine Le Pen continue à faire comme si elle n'entendait pas et à marteler que les bons résultats économiques de la Grande Bretagne sont dus au Brexit qui n'est pas encore effectif.
Le Monde
L'émission aborde désormais le thème de l'âge du départ légal à la retraite. 
Le Monde
Fillon a attendu l'éco pour s'attaquer à MLP. Pas sur la priorité nationale, la sécurité, l'immigration : leurs électorats se rejoignent
Le Monde
Fillon à Le Pen : Vous voulez entraîner le pays vers le chaos économique et social et il faut que les Français le sachent. On ne sort pas de la monnaie européenne qui est appuyée sur un ensemble européen, qui a ses défauts mais a sa puissance, on ne sort pas de la protection que nous apporte la BCE pour une aventure qui conduirait à la dévaluation, à l'inflation donc à la ruine à la fois des emprunteurs et des épargnants. 
 
Marine Le Pen : Ca s’appelle le projet peur. Cela a été utilisé avant le Brexit et l’élection de Donald Trump. 
 
Tous les Français savent ce que je pense de l’UE et de l’euro qui interdit patriotisme économique, le protectionnisme économique.
Le Monde
Marine Le Pen revient sur les "huit milliards d’euros frais de gestion des mutuelles", thème développé dans son meeting à Metz samedi
Le Monde
MLP traite le RSI de serial killer #LeGrandDebat
Le Monde
Marine Le Pen : Je vais protéger les agriculteurs, les indépendants dont on ne parle jamais et les chefs d’entreprise. Les indépendants créent le plus d’emploi et je vais les préserver du serial killer qu’est le RSi qui a mis au tapis un nombre d’indépendants spectaculaires.
 
Je mettrai une amnistie pour les arriérés du RSI. J'augmente le minimum vieillesse et l'allocation adulte handicapé de 20 % car ce n'est pas possible de les laisser vivre de cette manière. Je mets en place une prime de pouvoir d’achat, que je finance par une contribution sociale à l’importation de 3 %.
Le Monde
Melenchon pas d'accord avec Hamon sur le rev universel. On vient de trouver une différence entre les deux depuis le début du débat.
Le Monde
Le revenu universel, premier désaccord entre Mélenchon et Hamon. Après 2h25 de débat.
Le Monde
Jean-Luc Mélenchon : Je ne suis pas d’accord avec le revenu universel à cette étape. Je suis pour que l’on soit payé pour travailler ou étudier ou être indemnisé dignement. C’est-à-dire plus une seule allocation chômage inférieure au seuil de pauvreté, plus une seule retraite inférieure au seuil de pauvreté. Voilà comment on renforce les revenus des gens. Concernant la cantine gratuite, cela augmentera le pouvoir d’achat... que du bonheur pour tout le monde !
Le Monde
"La politique de M. Macron : un petit peu à gauche, un petit peu à droite", pointe @FrancoisFillon pour dénigrer son parti attrape-tout
Le Monde
Emmanuel Macron : D’abord, il faut des entreprises qui embauchent. Je partage l’idée de la relance de l’investissement et des baisses de charges pour les entreprises afin qu’elles embauchent en France. Je suis favorable à ce que le travail paie mieux. Pas de revenu universel car a la fin quelqu’un paie l’addition.
 
Je propose la suppression pour 80 % de nos concitoyens de la taxe d’habitation. C'est un impôt injuste car il est plus élevé dans les villes moyennes et les petites villes, dans la France périphérique. Il y aura un manque à gagner pour les collectivités et je le compenserai. C’est 10 milliards d'euros que je finance par d'autres économies.
 
 
Les Décodeurs
Alors qu'il est question de "gagner plus", tour d'horizon des idées sur la table dans cette campagne :
Les Décodeurs
François Fillon a dit que « la France est le pays où le volume d'heures travaillées est le plus bas par rapport aux grandes économies. » C'est contestable. 
 
En effet, certaines données, notamment celles d’Eurostat sur le temps de travail des salariés à temps complet en 2015, laissent effectivement entendre que les Français travaillent moins longtemps que leurs voisins européens.

Ces chiffres sont toutefois à manier avec précaution : d’abord, il faut également souligner que toutes catégories confondues (c’est-à-dire en intégrant les temps partiels et les indépendants), les Français arrivent cette fois dans le milieu du classement européen. Par ailleurs, lorsque l’on s’intéresse au temps de travail et donc à la “rentabilité” des salariés en France, il n’est pas inintéressant de citer les chiffres de productivité. Et cette fois, selon Eurostat, la France se classait en 5e position européenne en 2014, devant l’Allemagne et le Royaume-Uni par exemple.
Le Monde
Fillon dégaine sa mesure pour le pouvoir d'achat: une baisse des cotisations sociales salariales via un forfait de 350 euros par salarié
Le Monde
François Fillon : La priorité c’est de relancer l’investissement, pour des emplois il faut l’investissement, il faut que l’économie française ne passe plus massivement sous contrôle des étrangers, des fonds d'investissements américains et pays du Golfe.
 
Je veux baisser les charges sur les salaires pour que les salaires soient plus élevés ; sur le SMIC je veux mettre en place un forfait pour que les salariés au SMIC aient une vraie augmentation de pouvoir d’achat. Augmenter le plafond du quotient familial car c'est aussi une mesure de pouvoir d’achat, une mesure qui encourage la famille ; un pilier essentiel de notre société. 
Le Monde
#LeGrandDebat, "le #revenuuniversel c'est la seule idée nouvelle de cette campagne", dit @benoithamon. Il devrait dire "c'était"...
Les Décodeurs
Benoît Hamon prévoit plusieurs étapes pour son "revenu universel d'existence". La première est adressée aux jeunes et aux personnes gagnant moins de 1,9 smic. 
 

Qui bénéficierait du « revenu universel » de Hamon le fumeur de spliff ?

Le Monde.frSelon la dernière version du projet, une somme pouvant s’élever jusqu’à 600 euros sera versée de manière automatique et inconditionnelle à 19 millions de personnes gagnant moins d’1,9 smic.
Les Décodeurs

Bénéficiaires, montant, financement… Tout comprendre au revenu universel

Le Monde.frDerrière l’idée de distribuer un revenu inconditionel à tous, les définitions et les objectifs du revenu universel sont aussi variés que les moyens envisagés pour y parvenir.
Le Monde
Analyse de Vanessa Schneider, grande reporter au Monde :
 
Marine Le Pen profite de son retard de temps de parole pour dérouler son programme économique en prenant la défense de l'emploi français et en s'en prenant une nouvelle fois à l'Europe. Elle se délecte de la discussion entre les "deux ultra-libéraux", François Fillon et Emmanuel Macron.
Le Monde
Question :  Comment allez vous relancer le pouvoir d’achat? 
 
Hamon :  le revenu universel d’existence, c’est la seule idée nouvelle, celle qui nous amène à nous demander comment par l'augmentation du pouvoir d’ achat nous allons relancer l’économie
Le Monde
L'émission aborde désormais la question de la relance du pouvoir d'achat. 
Le Monde
Marine Le Pen : Je ne voulais pas intervenir dans ce débat d’ultralibéraux pour savoir qui aura la plus violente solution. Je parle d'Emmanuel Macron et de François Fillon. Chacun propose une loi El Khomri puissance mille.. Je crois que le modèle économique général mis en oeuvre a montré ses limites. L'ultra libértalisme et le libre échange total, la mise en concurrence déloyale de nos agriculteurs, industries, avec des productions effectuées à moindre coût... Toujours cette recherche du moindre coût, cela a ruiné notre agriculture, notre industrie.
Le Monde
Sur sa thématique préférentielle, l'économie, Fillon n'impose pas le rythme. Le débat est brouillon...
Le Monde
Sur le temps de travail, le clivage gauche-droite semble toujours bien vivace...
Le Monde
François Fillon : Mélenchon et Macron sont d’accord ! on maintient les 35 heures et on ouvre les négociations en même temps ? Non, si on ouvre les négociations, on fixera un niveau de référence après un an d’expérience en voyant les négociations. Si les 35 heures ne sont pas un problème, on n'y viendra pas.  
 
Emmanuel Macron  : Quelle est votre référence légale ? 
 
François Fillon: Il n’y a pas de référence légale. 
 
Jean-Luc Mélenchon : c’est 48 heures en Europe. 

François Fillon: il y a énormément de pays européens où il n'y a pas de référence légale. Elle sera fixée après un an ou dix huit mois de négociation, ce sera simple de vérifier le point d’équilibre.  Elle semblera très claire à 38 heures ou 39 heures.  

Benoît Hamon : C’est incroyable la soc que prépare Fillon ! Vous avez été premier ministre pendant 5 ans, vous avez échoué lamentablement, vous avez été premier ministre, vous nous proposez d’augmenter le temps de travail, c'est-à-dire d’inciter les chefs d’entreprise à allonger la durée du travail en payant moins leur salariés pour ne pas creer d’emploi?. C’est un retour en arrière catastrophique. 
Le Monde
"On a deux ministres de @fhollande ici", @FrancoisFillon essaie de faire porter le bilan du quinquennat à @benoithamon ou @EmmanuelMacron
Le Monde
Qui aurait cru que le ton allait monter sur le chômage! #LeDebat
Le Monde
Euh Fillon ne veut plus de référence légale pour le temps de travail...Fini les 48 heures européennes? #LeDebat
Le Monde
Analyse de Vanessa Schneider, grande reporter au Monde :
 
François Fillon et Emmanuel Macron plus à l'aise sur l'emploi que sur les questions de société. Deux visions s'affrontent. Fillon et Macron misent sur davantage de liberté données aux entreprises pour relancer l'emploi, même si Emmanuel Macron en appelle au dialogue social plutôt qu'à la loi. Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon se placent du côté de la défense des salariés. 
Le Monde
Mais personne n'est capable de dire si réduire le temps de travail permet vraiment de créer des postes. Pas juste un gâteau à partager 2/2
Le Monde
Mélenchon estime qu'il faut partager le temps de travail pour avoir tous du travail 1/2 #LeGrandDebat
Le Monde
Jean-Luc Mélenchon rappelle qu'il veut abroger la loi El Khomri : "Je ne suis pas d’accord pour un code de travail par entreprise." "Je ne suis pas pour un code du travail par entreprise, comme je ne suis pas pour un code de la route par rue !"
Les Décodeurs

Keynésianisme, effet multiplicateur : sur quoi s’appuie le programme économique de la Méluche ?

Le Monde.frLe candidat de La France insoumise a détaillé sa politique économique, fondée sur la relance, et reprenant les théories de l’économiste Keynes.
Le Monde
Ayé, @JLMelenchon sort le multiplicateur keynésien pour expliquer qu'il faut privilégier la demande à l'offre
Le Monde
Jean-Luc Mélenchon :  On crée de l'emploi en remplissant le carnet de commande. La question est donc comment fait on pour remplir le carnet de commande? Quand on a un volant d'entraînement de l’économie. La politique du gouvernement est la politique de l’offre, produisez n’importe quoi n'importe comment. ma politique c’est l’inverse, une politique de la demande,
Le Monde
Hamon souhaite que le burn out soit considéré comme une maladie pro #DebatTF1
Voir plus