Pourquoi le taux du Livret A pourrait grimper à 1 %
Partager
Tweeter
Argent & Placements
édition abonné

Pourquoi le taux du Livret A pourrait grimper à 1 %

Si la nouvelle formule de calcul est appliquée, le taux de rémunération du Livret A et du Livret de développement durable et solidaire gagnera 0,25 point au 1er août. Mais cette application n’a rien d’obligatoire.

Le Monde | • Mis à jour le | Par

Le Livret A a enregistré une collecte nette positive de 8,58 milliards d’euros entre début janvier et fin mai 2017.

Inflation oblige, le taux de rémunération du Livret A pourrait enfin être relevé à 1 % au 1er août. Et ce, après six années de glissade, qui ont vu passer ce taux de 2,25 % à la mi-2011 à 0,75 % actuellement — le niveau le plus bas de son histoire.

Rappelons que ce taux est, sauf exception, fixé deux fois l’an (au 1er février et au 1er août) par arrêté du ministère de l’économie, après un calcul de la Banque de France. Le prochain est programmé le 15 juillet et sera marqué par l’application d’une nouvelle formule, présentée par le gouvernement à la fin de 2016.

Les dessous du calcul du taux

Laquelle ? La Banque de France a en réalité à sa disposition deux formules de calcul : soit la moyenne entre le taux de l’Eonia [Euro OverNight Index Average] (moyenne semestrielle) et l’inflation hors tabac (moyenne semestrielle de la variation sur les douze derniers mois connus), soit l’inflation majorée d’un quart de point (sauf si l’écart entre le taux monétaire et l’inflation est supérieur à 0,25 %). La formule la plus favorable doit être retenue.

Les taux monétaires étant négatifs, (l’Eonia évolue à - 0,35 %), c’est donc le niveau moyen de l’inflation sur le premier semestre qui doit servir de base, soit 1,05 % selon nos calculs, niveau qui devrait être arrondi à 1 %. La majoration de 0,25 % n’a en outre pas de raison d’intervenir, étant donné l’écart important entre l’inflation et le taux de l’Eonia.

Mais le gouverneur de la Banque de France a toujours la possibilité d’évoquer des circonstances exceptionnelles et de proposer un taux dérogatoire. Avec le maintien des taux d’intérêt à un niveau bas et la baisse récente du niveau de l’inflation, tombé à 0,8 % en rythme annualisé en mai et à 0,7 % en juin, selon les chiffres provisoires de l’Insee, il pourrait tout à fait préconiser un maintien de la rémunération du Livret A à 0,75 %.

D’autant que ce taux, en vigueur...