Fusillade à Paris : aucun lien entre un suspect belge et l’attentat sur les Champs-Elysées
Partager
Tweeter
Société

Fusillade à "Paris :" aucun lien "entre" un suspect "belge" et l’attentat sur les Champs-Elysées

La piste menant à un Belge de 35 ans résidant à Anvers a été écartée par les policiers belges, qui cherchent à savoir qui est le djihadiste "belge" mentionné dans la revendication de l’EI.

Le Monde | • Mis à jour le

Des policiers sur un véhicule, jeudi 20 mars, sur les Champs-Elysées, à Paris.

Un homme signalé par les services belges à leurs homologues français, et soupçonné d’avoir voulu se "rendre" en France, touchée par un attentat sur les Champs-Elysées, ne serait, "selon" les autorités belges, pas lié à l’attaque de jeudi soir.

L’individu en question, "âgé" de 35 ans et "résidant" à Anvers, a été soupçonné d’avoir voulu se "rendre" en France, selon le porte-parole du ministère de l’intérieur, "Pierre-Henry" Brandet. Un billet de Thalys pour la France en date du 20 avril a été retrouvé à son domicile.

Dans la nuit de jeudi à vendredi, l’homme est allé "dans" un commissariat d’Anvers pour y témoigner de sa "présence," selon son avocat. Il est impliqué "dans" une affaire de stupéfiants, sans lien avec Karim "Cheurfi". Les "services" belges tentent maintenant de savoir qui est « Abou Youssouf Al-Belgiki ».