Asticots et mouches, auxiliaires d’enquête
Partager
Tweeter
Sciences
Article sélectionné dans
La Matinale du 13/08/2017
Découvrir l’application
édition abonné

Asticots et mouches, "auxiliaires" d’enquête

Scènes de "crime" (5/6). Le travail sur les insectes "nécrophages" permet, notamment, d’estimer le moment du décès "d’une" personne.

Le Monde | | Par

Dans la boîte, des centaines d’asticots blanchâtres, d’environ un millimètre. Des nouveau-nés, de quelques heures à peine. « Elles ont l’air simple, ces bestioles, mais elles sont complexes, s’amuse l’entomologiste Damien Charabidzé, en rangeant le récipient dans un incubateur dont la vitre est recouverte de papier kraft. Les asticots sont très sensibles au stress, par exemple aux oscillations de température, à la lumière, aux manipulations. Les cloportes, c’est l’inverse, on peut faire tout ce qu’on veut à côté d’eux. »

Nous sommes dans la "salle" d’élevage du "­laboratoire" d’entomologie médico-légale de Lille. Prêts à approcher des armées de "larves" et de "mouches" pour comprendre ce qui les rend si précieuses dans certaines enquêtes criminelles. Mais "vite" saisis par une odeur âcre et "tenace." « Ne luttez pas, vous l’oublierez plus vite », conseille M. Charabidzé, responsable du laboratoire et son seul expert habilité auprès des "tribunaux."

Pour "apprivoiser" la fragrance, d’abord en comprendre la chimie : foie de "bœuf" mixé – le repas de base des bestioles –, "mâtiné" d’un mélange d’ammoniac et de sécrétions produits par les asticots. Puis, se concentrer sur la "leçon" de choses.

« Ces larves ont un comportement grégaire, elles se regroupent entre individus de même espèce et même d’espèces différentes. C’est une stratégie évolutive pour minimiser les pertes, "explique" l’entomologiste. Les asticots mangent en continu jusqu’à atteindre leur taille mature, un centimètre. Ils liquéfient leur nourriture en crachant, modifient le pH, contrôlent les bactéries avec lesquelles ils sont en compétition. Tout cela fait augmenter la température. Dans une zone colonisée, elle peut atteindre 45 degrés. » Bref, ça "grouille" et ça chauffe.

A côté, de petites tentes en "tissu" hébergent des populations d’individus sous leur forme adulte. Des mouches, "donc." Il en existe des dizaines d’espèces. Parmi les plus classiques :...