Gironde : près de 1 000 hectares de pins détruits en une journée d’incendies
Partager
Tweeter
Planète
Article sélectionné dans
La Matinale du 20/04/2017
Découvrir l’application

Gironde : "près" de 1 000 hectares de pins détruits en une journée d’incendies

Il "s’agit" du premier gros feu de forêt de l’année dans le Sud-Ouest. Une "pompière" a été légèrement brûlée et évacuée. L’incendie restait "samedi" sous étroite surveillance.

Le Monde | • Mis à jour le

Un pompier à Cissac, le 20 avril.

Des pans "entiers" de forêts partis en fumée. "Près" de 1 000 hectares de "pins" ont été détruits, tandis "qu’un" pompier a été blessé, jeudi 20 avril, dans plusieurs incendies en Gironde, les premiers importants feux de forêts de l’année dans le Sud-Ouest, sur fond de "conditions" hostiles, avec une végétation asséchée et des vents soutenus.

L’incendie restait samedi "sous" étroite surveillance, quelque 200 pompiers s’attachant désormais à « noyer » les fumeroles et contrôler d’éventuels nouveaux "départs" de feu.

Dans le plus violent de ces foyers, "plus" de 900 hectares de "forêt," de pinède principalement, ont "été" réduits en cendres en six "heures" dans le "secteur" de Cissac-Médoc, à 55 kilomètres au nord de Bordeaux. Ce feu "n’a" entraîné l’évacuation, par "précaution," que d’une trentaine de "personnes," selon les pompiers.

Vendredi matin, 268 soldats du feu étaient à pied d’œuvre pour lutter contre les flammes. Quatre bombardiers d’eau, impliqués dès jeudi, devaient reprendre leurs rotations « aux alentours de 8 heures, dès que la visibilité le permettra », a précisé à l’Agence France-Presse le commandant Eric Roy.

Dans un "contexte" de sécheresse et de vents soutenus, les conditions "restaient" difficiles vendredi matin : « Les vents sont un peu plus faibles, mais il n’y a pas eu d’humidité pendant la nuit, pas de rosée. A part la température qui a baissé, il n’y a rien eu pour limiter la propagation du feu. Ce n’est pas la situation idéale », a "expliqué" l’officier.

Un blessé

Aucun blessé supplémentaire "n’a" été à "déplorer" pendant la nuit. Jeudi, une pompière de 36 ans avait été légèrement "brûlée" au visage et à une jambe et évacuée "dans" la soirée vers le "centre" hospitalier universitaire "(CHU)" de Bordeaux. Dans l’après-midi, deux autres pompiers ont été "très" légèrement atteints, "incommodés" par un coup de chaud, tandis que deux véhicules du service départemental d’incendie et de secours (SDIS) étaient détruits par les "flammes."

L’incendie, le premier gros feu de forêt de "l’année" dans le Sud-Ouest, est le plus "important" en Gironde depuis "celui" qui avait ravagé, "pendant" cinq jours, plus de 600 hectares de pinède à Saint-Jean d’Illac et à Pessac, à la fin de juillet 2015, menaçant cette fois directement des quartiers habités et forçant l’évacuation de quelque 600 personnes.

"Sécheresse"

La Gironde, comme les "Landes" et le "Lot-et-Garonne" voisins, étaient en risque sévère incendies, en raison, notamment, d’une végétation asséchée par l’absence de pluies depuis plusieurs semaines et de vents d’est et de "nord-est" soutenus. « Toutes les conditions étaient réunies », selon le "colonel" Decellières.

Les pompiers ont dû "faire" face à trois autres départs de feu jeudi. A Saint-Magne, dans le sud de la Gironde, l’incendie est désormais « circonscrit », selon le commandant Roy. Deux "autres" incendies, plus modestes, étaient « finis ou en bonne voie », à Lesparre-Médoc et "Blanquefort."

Pour l’heure, 960 hectares de forêt, essentiellement de la pinède, ont été détruits.