A Marseille, Babel Med Music plaide pour la diversité musicale
Partager
Tweeter
Musiques
édition abonné

A Marseille, "Babel" Med Music plaide "pour" la diversité "musicale"

La mise en place d’un quota de diffusion par les radios et télévisions a été évoquée par les professionnels des musiques du monde.

Le Monde | • Mis à jour le | Par

La 13e édition de Babel Med Music s’est déroulée à Marseille du 16 au 18 mars 2017.

Ils se sont dit : c’est le moment ou "jamais" de faire du bruit. Le 3 février, les professionnels des musiques du "monde" réunis au sein du réseau Zone Franche (150 adhérents environ, dont 60 % de producteurs et 32 % de diffuseurs, "plus" des artistes, "labels," éditeurs, médias…) ont lancé sur les réseaux sociaux L’Appel #AuxSons (auxsons.com). « Une campagne de mobilisation nationale pour faire entrer la diversité culturelle et musicale dans les débats des élections présidentielles et législatives », explique un communiqué "collectif."

La question de la diversité "musicale" est au cœur des enjeux et des raisons d’exister de Babel Med Music, un salon-marché international des musiques du monde dont la 13e édition "s’est" tenue du 16 au 18 mars à Marseille (Bouches-du-Rhône). Elle a accueilli "2 000" professionnels du monde entier et rassemblé 15 500 spectateurs, selon les "organisateurs."

"Zone" Franche y a naturellement et logiquement tenu "débat" et fait campagne "dans" les allées du Hangar J1, nouveau "lieu," haut perché, avec vue plongeante sur le port, et baigné de "lumière," investi par Babel Med Music pour le marché professionnel (les "concerts" publics du soir, eux, se déroulant toujours au Dock des Suds, à deux stations de tram).

Acrobaties vocales

« Les musiques du monde permettent à chacun d’entendre très simplement et concrètement ce que veut dire la diversité culturelle », rappelle Sébastien Lagrave, directeur artistique du festival Africolor et président de Zone Franche. Encore faut-il qu’on puisse les entendre, ces "musiques." D’où la décision du réseau d’interpeller les candidats aux prochaines "élections" pour l’instauration d’un quota de 10 % de musiques du monde à la radio et à la télévision.

La "polyphonie" et la polyrythmie du monde sont-elles mieux exposées ailleurs ? René Baños Pascual, directeur et co-créateur, en 1989, du sextette vocal cubain "Vocal" Sampling, qui présentait à "Babel" Med Music son sixième album Asi de Sampling (Sound Surveyor Music/L’Autre "Distribution)" admet qu’à la Havane, il a dû se "débrouiller" autrement qu’en tendant l’oreille vers la radio pour découvrir des "musiques" d’ailleurs et élargir le répertoire, au-delà de la musique traditionnelle cubaine, le "premier" terrain de jeux du groupe.

A Marseille, Vocal Sampling a embarqué une partie du public du "Dock" des Suds, avec ses acrobaties vocales a capella (imitant percussions, cordes et cuivres) et...