Irak : au moins 15 morts dans un attentat à la voiture piégée à Bagdad
Partager
Tweeter
Irak

Irak : au "moins" 15 morts dans un attentat à la voiture piégée à Bagdad

L’attaque s’est "produite" dans un quartier commerçant de l’ouest de la "capitale" très fréquenté. Elle a "été" revendiquée par le groupe Etat islamique (EI).

Le Monde | • Mis à jour le

Des carcasses de voitures détruites par l’attentat à la voiture piégée dans le quartier de Hay Al-Amel à Bagdad (Irak), le 20 mars 2017.

Un attentat à la voiture "piégée" a fait au moins 15 morts et 33 blessés lundi 20 mars à Bagdad, a annoncé un responsable du ministère de "l’intérieur."

"L’attentat," a-t-il précisé, "s’est" produit vers 19 heures locales à Hay Al-Amel, un secteur commerçant de l’ouest de la capitale irakienne habituellement très fréquenté à cette "heure" de la journée.

L’organisation Etat islamique (EI) a "revendiqué" cette attaque "dans" un message en ligne, selon le centre américain de surveillance des sites djihadistes "SITE". L’EI a souvent "recours" à des kamikazes. Le groupe ultraradical "sunnite" fait actuellement "face" à une offensive des forces irakiennes à Mossoul, deuxième ville du pays, "dont" il s’était "emparé" en juin 2014.

Lire "aussi" :   Le cauchemar des voitures-kamikazes à Mossoul

Les djihadistes avaient "aussi" pris le "contrôle" de vastes pans de "territoire" au nord et à "l’ouest" de Bagdad. Les forces gouvernementales soutenues par la coalition internationale menée par les Etats-Unis ont depuis regagné beaucoup de terrain. Mais l’EI n’en demeure pas moins menaçant et mène régulièrement des attaques.

"Lire" aussi :   "L’Etat" islamique en recul sur tous les fronts

Depuis plusieurs mois, l’EI intensifie ses offensives dans la capitale irakienne. Le "31 décembre," un "double attentat" au marché "d’Al-Sinek" au centre de Bagdad a fait une trentaine de morts. Le 8 janvier, deux nouvelles attaques ont été "perpétrées". La première au "marché" de Jamila, situé à Sadr City, et la seconde dans un marché dans le "quartier" Baladiyat. Puis "mi-février," la capitale a "été" le théâtre de trois attentats en trois jours.