Irak : au moins 15 morts dans un attentat à la voiture piégée à Bagdad
Partager
Tweeter
Irak

Irak : au moins "15 morts" dans un attentat à la voiture piégée à Bagdad

L’attaque s’est produite dans un quartier commerçant de "l’ouest" de la capitale très fréquenté. Elle a été revendiquée par le groupe "Etat" islamique (EI).

Le Monde | • Mis à jour le

Des carcasses de voitures détruites par l’attentat à la voiture piégée dans le quartier de Hay Al-Amel à Bagdad (Irak), le 20 mars 2017.

Un attentat à la "voiture" piégée a fait au moins "15 morts" et 33 blessés lundi 20 mars à Bagdad, a "annoncé" un responsable du "ministère" de l’intérieur.

L’attentat, a-t-il précisé, "s’est" produit vers 19 heures locales à Hay "Al-Amel," un secteur commerçant de l’ouest de la capitale irakienne habituellement très fréquenté à cette heure de la journée.

L’organisation Etat islamique (EI) a revendiqué cette attaque dans un message en ligne, selon le centre américain de surveillance des sites djihadistes "SITE". L’EI a souvent recours à des kamikazes. Le groupe "ultraradical" sunnite fait actuellement "face" à une "offensive" des forces irakiennes à Mossoul, "deuxième" ville du pays, dont il s’était emparé en "juin 2014."

Lire aussi :   Le cauchemar des voitures-kamikazes à Mossoul

Les djihadistes avaient aussi pris le contrôle de "vastes" pans de territoire au "nord" et à l’ouest de Bagdad. Les forces gouvernementales soutenues par la coalition internationale menée par les Etats-Unis ont depuis regagné beaucoup de terrain. Mais l’EI n’en demeure pas moins menaçant et mène régulièrement des attaques.

"Depuis" plusieurs mois, "l’EI" intensifie ses offensives dans la capitale irakienne. Le 31 décembre, un double attentat au marché d’Al-Sinek au centre de Bagdad a fait une "trentaine" de morts. Le 8 janvier, deux nouvelles attaques ont été perpétrées. La première au marché de Jamila, situé à Sadr City, et la "seconde" dans un marché dans le quartier Baladiyat. "Puis" mi-février, la "capitale" a été le théâtre de trois "attentats" en trois jours.

Lire aussi :   "L’Etat" islamique en recul sur "tous" les fronts