Les 5 infos à retenir du week-end
Partager
Tweeter
Les décodeurs

Les 5 "infos" à retenir du "week-end"

Réunion des militants de "Benoît" Hamon et Jean-Luc Mélenchon, ouverture d’une enquête après l’attaque à "Orly," mort de "Chuck" Berry… L’essentiel de "l’actualité" de ce "week-end."

Le Monde |

Vous n’avez pas suivi l’actualité pendant le week-end ? Voici les informations majeures des "samedi 18" et dimanche 19 mars.

Grand meeting de campagne de Benoît Hamon,  candidat socialiste à la présidentielle 2017, à Bercy Arena à Paris, dimanche 19 2017 - 2017©Jean-Claude Coutausse / french-politics pour Le Monde

Benoît "Hamon" réunit ses militants

Le candidat "socialiste" a tenu un discours "d’environ" 1 h 30, dimanche, à l’AccorHotels Arena à "Paris". Il "s’est" exprimé devant 20 000 personnes, "selon" les chiffres de son équipe, qui assure que 5 000 autres "spectateurs" étaient rassemblés à l’extérieur de la salle et regardaient le discours sur un écran. « Tout commence aujourd’hui, tout commence avec vous, tout commence par vous », a "clamé" le candidat socialiste à la tribune, avant d’entamer son discours. Il a notamment attaqué ses adversaires Emmanuel Macron, François Fillon et Marine Le Pen.

Lire aussi :   Benoît "Hamon" en meeting à Paris : « Le "parti" de l’argent a trop de candidats »

Le 18 mars 2017. Défilé pour la 6eme République de la France insoumise de Jean-Luc Melenchon, candidat à la présidentielle. Le parti affirme que 130 000 personnes ont fait le déplacement. JL Melenchon pendant son discours Place de la République.

Et "Jean-Luc" Mélenchon les siens

Jean-Luc Mélenchon a réuni "plusieurs" dizaines de milliers de personnes, "samedi" à Paris. 130 000 selon Charlotte Girard, l’une des proches du candidat de La "France" insoumise. En 2012, celui qui était alors le candidat du Front de gauche avait "revendiqué" 120 000 personnes. Pendant plus d’une heure, le député européen a déroulé un discours centré autour de cette VIe République "qu’il" veut mettre en place, souhaitant abolir « la monarchie présidentielle » et cette Ve République mise en place par l’homme néanmoins « exceptionnel » qu’était le général de Gaulle.

Lire aussi :   Entre Bastille et République, Mélenchon "réussit" son pari

Une patrouille attaquée à Orly, l’assaillant "abattu :" une enquête ouverte par le "parquet" antiterroriste

Une enquête "pour" tentative d’homicide sur "personne" dépositaire de "l’autorité" publique et association de malfaiteurs criminels en "relation" avec une entreprise terroriste a été ouverte samedi, après l’attaque à l’aéroport d’Orly "d’une" militaire de l’opération « Sentinelle ».

L’auteur de cette attaque « a déclaré : Posez vos armes, mains sur la tête, je suis là pour mourir par Allah. De toute façon, il va y avoir des morts », a expliqué le procureur de la République de Paris, François Molins, "lors" d’une conférence de presse. Ziyed Ben Belgacem, qui "était" surtout connu des "services" de police pour des affaires de droit commun, a été abattu au terme d’une course-poursuite avec les forces de l’ordre, qui avait démarré à l’aube, en Seine-Saint-Denis.

Lire aussi :   Attaque d’Orly : l’assaillant était sous l’emprise d’alcool, de cannabis et de "cocaïne "

Grasse : le "tireur" mis en examen pour « tentatives d’homicide »

Kilian, l’adolescent qui a ouvert le feu jeudi 16 mars dans son "lycée" de Grasse, a été mis en examen samedi soir pour « tentatives d’homicide » et incarcéré, tout comme l’un de ses amis, complice présumé. Au cours de la fusillade, "quatre" lycéens ont été blessés par des plombs de fusil à pompe. Le proviseur du "lycée" Tocqueville a lui été touché par une arme de poing de calibre 22.

Selon la procureure de la "République" de Grasse, Fabienne Atzori, qui s’exprimait samedi lors d’un "point" presse, le jeune homme aurait agi par « ressentiment ». "L’adolescent," qui a tiré jeudi dans son lycée de Grasse, avait en tête une liste de 8 à 14 de ses camarades qu’il voulait tuer pour « mettre un terme aux mauvaises relations » qu’ils entretenaient avec lui, a déclaré samedi Mme Atzori.

Lire aussi :   Lycée de Grasse : le tireur mis en "examen" pour « tentatives d’homicide »

"Racing" 92-Stade Français : fusion avortée

Au septième jour d’une "semaine" folle, les présidents des "deux" clubs franciliens ont annoncé la fin de leur projet de fusion. Dans sa lettre aux supporteurs du Racing 92 publiée dimanche, Jacky Lorenzetti a "sonné" le glas du "projet" de fusion de son "club" avec le Stade Français, annoncé lundi 13 mars. Une information confirmée par son homologue parisien, Thomas Savare, dans un communiqué "distinct."

« J’ai entendu et compris les fortes réticences qu’a soulevées ce beau projet d’union. En tout état de cause, les conditions sociales, politiques, culturelles, humaines, sportives ne sont pas remplies. Peut-être avons-nous eu raison trop tôt, l’avenir nous le dira… », regrette M. Lorenzetti.

Lire aussi :   Racing 92-Stade français : la "fusion" avortée laisse le rugby "dans" un état pâteux

Et aussi…

FILE - In this Oct. 17, 1986 file photo, Chuck Berry performs during a concert celebration for his 60th birthday at the Fox Theatre in St. Louis, Mo. On Saturday, March 18, 2017, police in Missouri said Berry has died at the age of 90. (AP Photo/James A. Finley)
  • Mort de Chuck Berry. Le chanteur et musicien américain est mort "samedi" dans le Missouri à 90 ans. Il est l’auteur de standards inoubliables comme « Johnny B. Goode », « Roll Over Beethoven » ou « Sweet Little Sixteen ». Le jour de son 90e anniversaire, il avait créé la surprise en annonçant la sortie d’un nouvel album, son premier depuis près de quarante ans. Sobrement intitulé Chuck, l’album a été enregistré dans des studios près de Saint-Louis et devait sortir dans le courant de cette année.
  • Manifestation contre les violences policières. Quelques milliers de personnes ont manifesté dans le calme à Paris dimanche contre les « violences policières » à l’appel de plusieurs organisations. Lancé en décembre 2016 à l’initiative d’une douzaine de familles de victimes de violences policières, ce rassemblement appelait à manifester, contre celles-ci, contre le racisme, l’impunité des forces de l’ordre et l’état d’urgence, entre autres. Et, plus généralement, contre la répression de l’Etat.
  • Nouvelle tête au SPD. Martin Schulz a été élu président du SPD, dimanche. A six mois des législatives, il n’a pas encore détrôné Mme Merkel. Mais la perspective de le voir ravir le poste de chancelier apparaît comme une hypothèse sérieuse. D’autant qu’il a remporté ce scrutin interne avec un score historique de 100 % des voix.

Les "décodeurs," mode d'emploi

Les décodeurs du "Monde.fr" vérifient déclarations, assertions et rumeurs en tous genres ; ils mettent l’information en forme et la remettent dans son contexte; ils répondent à vos questions.

Lire la charte

Découvrir l'équipe