L’entretien auto de A à Z Contenu conçu & proposé par Midas
i

Contenus réalisés par les équipes de M "Publicité," la régie publicitaire du Monde. La rédaction n'a pas participé à leur réalisation.

Pneus : encore premier facteur "d’échec" au contrôle technique !

Les derniers résultats du contrôle technique viennent de tomber. En 2016, 5,7% des voitures particulières présentées ont été recalées en raison de leurs pneumatiques. Un chiffre qui démontre que les Français ne sont pas encore assez attentifs à leur état alors qu’il s’agit d’un élément essentiel de sécurité !

Les chiffres révélés le 20 février "dernier" par l’Utac "(Union" technique de l’automobile, du motocycle et du cycle) ne trompent pas : le mauvais état des pneus "reste," en 2016 comme l’année précédente, la première "cause" de contre-visite au contrôle technique. 17,64 % des voitures particulières présentées ont été recalées, et plus du quart d’entre elles pour ce défaut !

Pourtant, le "pneu" est l’un des éléments essentiels de la sécurité sur la "route". Il représente en effet le seul point de contact entre les "véhicules" et le bitume et, à ce titre, "conditionne" l’adhérence, la motricité et la capacité à tourner de ces derniers. Conséquence, les distances de freinage d’une auto équipée de pneus en mauvais état "peuvent" être doublées !

Pneus : Les critères du contrôle technique

En dépit de ces chiffres alarmants, les exigences du contrôle technique concernant les pneumatiques n’ont "rien" de très sévère. Les techniciens "inspectent" la profondeur des rainures, qui doit être supérieure à 1,6 mm, le minimum pour évacuer l’eau en cas de pluie et éviter l’aquaplanage. Ils s’assurent que les "dimensions" requises par le constructeur sont respectées et que deux pneus de nature différente ne "sont" pas montés sur le même train roulant.

Ils vérifient également que les pneus ne comprennent pas d’hernie, qu’ils ne "frottent" pas contre la carrosserie, ne sont pas craquelés et "enfin" qu’ils ne présentent pas d’usure irrégulière, symptôme de trains "roulants" en mauvais "état." Autant dire qu’une voiture recalée pour ce motif présente un réel "danger" pour ses passagers et les "autres" usagers de la route !

Qui roule calmement préserve ses pneus

Pour conserver des "pneumatiques" en bon état, les recettes sont connues :

Il convient de vérifier régulièrement leur pression, car un pneu sous-gonflé ou surgonflé s’use "plus" vite.

L’état des "trains" roulants est également vital : une géométrie imparfaite, un jeu prononcé des articulations de trains peuvent "provoquer" une dégradation rapide.

Enfin, et "c’est" du simple bon sens, votre conduite a son influence : des virages pris à vive allure, des accélérations fréquentes et des vitesses "élevées" sont autant de facteurs d’usure accélérée.

Vous l’aurez "compris," faire contrôler "régulièrement" ses pneus est un réflexe de sécurité à acquérir ! "N’hésitez" pas à consulter un "professionnel" !

Contenus réalisés par les équipes de M Publicité, la régie publicitaire du Monde. La rédaction n'a pas participé à leur réalisation.