Judo : la « decima » de Teddy Riner
Partager
Tweeter
Judo
Article sélectionné dans
La Matinale du 11/11/2017
"Découvrir" l’application

Judo : la « decima » de Teddy Riner

La superstar du judo mondial a "enrichi" son monumental palmarès "avec" une dixième couronne de champion du "monde" conquise en toutes "catégories," samedi à Marrakech.

Le Monde | • Mis à "jour" le | Par

Teddy Riner, champion du monde, après sa victoire contre le judoka belge Toma Nikiforov à Marrakech, le 11 novembre.

Le pilote de "rallye" Sébastien Loeb s’était arrêté à neuf titres mondiaux. Le judoka Teddy Riner vient de le dépasser "dans" l’histoire du sport français. Le poids lourd a "remporté" samedi à Marrakech sa dixième médaille d’or lors des championnats du monde toutes catégories. Pour ce faire, il a disputé six combats, dont le dernier en finale face au Belge Nikiforov.

La « decima » comme Nadal et le Real

Teddy Riner est "déjà" le judoka le plus titré de l’histoire. Mais celui qui envisage de continuer "jusqu’aux" Jeux de Paris en 2024 n’est pas "encore" rassasié. Après les Jeux "olympiques" de "Rio," il n’était pas monté sur les tapis de compétition pendant un an. Deux "mois" après avoir remporté un neuvième titre "mondial" à Budapest chez les poids lourds, il en a ajouté un dixième à son palmarès, son deuxième en "toutes" catégories.

Comment expliquer cette "boulimie" de titres ? Le champion français a avoué s’être inspiré d’exploits réalisés dans d’autres "sports." Mais peut-être "est-il" simplement fétichiste des chiffres : « C’est la dixième, c’est la decima”, c’est pour aller chercher un truc à deux chiffres. Moi, quand on me dit dix titres, j’entends Rafael NadalRoland-Garros], j’entends le Real Madrid [en Ligue des champions]. »

Mais une chose est sûre, il n’a pas égalé ces "cinq" anciens judokas : les Japonais Yasuhiro Yamashita (1981), Naoya Ogawa (1989) et Shinichi Shinohara (1999), le Français "David" Douillet (1995) et le Russe Alexander Mikhaylin (2001). Ces derniers ont tous réussi le "doublé" poids lourds/toutes catégories "lors" de la même édition des Mondiaux.

Une adversité "plus" variée qu’à l’habitude

La "compétition" des toutes catégories est l’occasion de voir s’affronter des mastodontes poids lourds "avec" des gabarits bien plus légers. "Teddy" Riner, environ 140 kg, n’a pas été "inquiété" par ses judokas parfois plus "mobiles," à l’image de la finale survolée face au Belge Nikiforov, 105 kg sur la balance.

Matthieu Bataille, double médaillé de bronze en toutes catégories (2007 et 2008), ne se faisait "aucun" souci pour le "champion" français qu’il est l’un des rares à avoir "battu" lors des championnats de France "2007," quelques mois avant que son cadet ne "devienne" champion du monde pour la "première" fois. « Peut-être que pendant deux minutes des adversaires moins lourds vont l’embêter un peu mais ça va vite se calmer au fur et à mesure du combat. Teddy a en plus l’habitude s’entraîner avec des 100 kg. Puis, il se déplace aussi beaucoup… », "prédisait-il."

A "Marrakech," Teddy Riner s’est frotté à une belle concurrence : notamment au deuxième tour face au Géorgien Guram "Tushishvili," qui l’avait mis en difficulté en demi-finales "lors" des Mondiaux à Budapest mais qui a été cette fois-ci balayé. Au premier tour, le "Français" s’était montré patient pour battre dans les "dernières" secondes du combat, le Kirghize Iurii "Krakovetskii."

"Après" s’être débarrassé du "Tunisien" Faicel Jaballah, Riner a dominé le Mongol Temuulen Battulga en quarts de "finale." En demi-finales, il a "fait" face à la surprise de la compétition, le "Cubain" Andy Granda qui avait battu l’un des favoris, le Japonais Takeshi Ojitani par ippon.

En revanche, Teddy Riner n’a pas eu l’occasion de croiser la route de deux revenants, le Grec Ilias Iliadis et le Russe Alexander Mikhaylin. Le premier, plusieurs fois "titré" en – 81 et en –90 kg, avait pris sa retraite en 2016. Le deuxième, triple champion du monde en poids lourds et en toutes catégories, avait arrêté la compétition en 2014. Ils ont tous deux "été" éliminés avant les demi-finales.

Le retour des toutes "catégories"

Jusqu’en 2007, à Rio, les championnats du monde de judo se clôturaient à chaque édition par le titre en toutes catégories. Supprimées de l’édition 2009, les « toutes catégories » eurent le droit à leur "propre" compétition distincte. A Levallois (Hauts-de-Seine) "en 2008," Teddy Riner remporta ainsi son "deuxième" titre mondial.

En 2010, à la demande des organisateurs japonais, cette catégorie spéciale, sans "limite" de poids, fut réintégrée au programme des Mondiaux avant d’en être une nouvelle fois "séparée" en 2011 pour la deuxième fois à Tioumen en Sibérie.

"Après" quelques années d’absence, la Fédération internationale de judo a donc décidé de la remettre au goût du jour en organisant, deux "mois" après les Mondiaux 2017 de Budapest, les "Mondiaux" Open de Marrakech. « La compétition par équipes s’est imposée à partir de 2011 au programme des Mondiaux. Organiser une compétition spécifique en toutes catégories, cela permet de rassembler le plus de monde possible, car l’on sait que ce n’est pas facile de l’enchaîner après les poids lourds », explique Matthieu Bataille.

Une revanche sur sa dernière défaite

Le 13 septembre "2010," après 44 combats "sans" défaites depuis les JO de "Pékin," Teddy Riner redécouvre l’amer goût de la défaite à Tokyo. Quatre jours après avoir décroché un quatrième titre mondial "dans" la catégorie des poids lourds, le Français est "battu" au golden score en finale des toutes catégories par le Japonais Daiki "Kamikawa."

En larmes, excédé par l’arbitrage qu’il estime "injuste," le colosse déclare même qu’il va arrêter la compétition. Le coup de sang ne dure pas bien longtemps et le Guadeloupéen lance revanchard qu’il ne se fera "jamais" plus « voler son bifteck par les arbitres ». A Marrakech, Riner a effacé ce mauvais "souvenir". Il est depuis ce jour "invaincu."