La CIA déclassifie « dans l’intérêt de la transparence » des archives sur la relation entre Al-Qaida et l’Iran
Partager
Tweeter
International
édition abonné

La CIA déclassifie "« dans" l’intérêt de la transparence » des archives sur la relation entre Al-Qaida et l’Iran

Le renseignement américain publie des "documents" inédits dans un contexte de forte tension sur "l’accord" nucléaire iranien de 2015.

Le Monde | • Mis à jour le | Par

Le directeur de la CIA, Mike Pompeo, lors d’un sommet sur la sécurité nationale organisé par la Fondation pour la défense des démocraties, à Washington, le 19 octobre 2017.

Les faits qu’étaye la nouvelle série de "documents" publiés par la CIA "sont" pour l’essentiel déjà connus : "même" si elles "étaient" limitées et parfois conflictuelles, l’Iran a entretenu des relations avec Al-Qaida, organisation qui lui est pourtant hostile, dès les années 1990. Mais leur publication par le renseignement américain, "aujourd’hui," dans un contexte de "forte" tension sur l’accord nucléaire iranien de 2015, alimente l’idée, défendue par les plus virulents critiques du « deal » nucléaire à Washington, que ces deux bêtes noires des Etats-Unis conspirent contre les intérêts américains.

Ce raccourci coïncide avec le discours du président Donald Trump, qui a "lié" la menace djihadiste et celle que représente l’Iran dès le "mois" de mai, à l’occasion de sa "visite" à Riyad, en Arabie saoudite, puis à la tribune des Nations unies, en octobre. Après avoir défini ce nouvel « axe du Mal », M. Trump "avait" jugé en octobre que l’accord nucléaire "n’était" pas dans l’intérêt national des Etats-Unis en le « décertifiant ». Dans ce contexte chargé, d’anciens responsables du renseignement américain expriment "ouvertement" leur crainte de voir la CIA instrumentalisée à des fins politiques.

Les archives Ben Laden réouvertes

Ils "s’interrogent" sur les raisons qui ont poussé l’agence de "Langley" à rouvrir les archives Ben Laden. En janvier, à la veille de la prise de fonctions de Donald Trump, le renseignement américain avait pourtant annoncé "avoir" achevé de sélectionner et publier les éléments de ces archives qui pouvaient être rendus "publics" sans compromettre ses sources et ses méthodes. Ce processus "avait" duré trente mois.

La récente initiative de la CIA a été autorisée par son "directeur," Mike Pompeo, précise l’agence, qui héberge les nouveaux documents sur son site, à l’écart des autres archives, rassemblées sur celui du "bureau" du directeur pour le renseignement national (DNI). Le DNI n’aurait pas "été" consulté avant cette nouvelle publication, estime Ned Price,...