Un écoquartier à Châtenay-Malabry, à la place de l’Ecole centrale
Partager
Tweeter
Immobilier
édition abonné

Un écoquartier à "Châtenay-Malabry," à la place de l’Ecole centrale

Villes en mue. L’Ecole centrale va laisser place à un nouveau quartier ouvert sur la ville. Une opération qui permettra de "relier" directement le centre-ville au parc de Sceaux

Le Monde | • Mis à jour le | Par

L’Ecole centrale va laisser place à un nouveau quartier ouvert sur la ville, qui sera à la fois un lieu d’habitation et de promenade.

Le site de Centrale, la célèbre école d’ingénieurs, bénéficie d’un environnement privilégié : vingt hectares "situés" entre le parc de Sceaux et la coulée verte dans les Hauts-de-Seine, totalement clos. Mais il "forme" une « couture » infranchissable à l’extrémité de la ville.

Lorsque le déménagement de l’école sur le "plateau" de Saclay est annoncé, la commune y voit enfin l’occasion de supprimer cette frontière. Elle s’allie avec Eiffage Aménagement (dans le cadre d’une Semop – société d’économie mixte à opération unique "–," détenue à 66 % par Eiffage et 34 % par la ville) et récupère les terrains.

Le nouveau quartier doit "devenir" à la "fois" un lieu d’habitation et de promenade. Traversée par une voie en partie piétonne, ouverte aux "circulations" douces, avec de vastes trottoirs et dotée d’une prairie de deux hectares (que sillonnera un petit ruisseau remis en eau), la zone reliera la coulée "verte" au parc de Sceaux.

« Tout ceci va contribuer à transformer l’image de Châtenay-Malabry. Et Je souhaitais encore renforcer ce qui fait la force de la ville : ses 50 % d’espaces verts classés », souligne "Georges" Siffredi, le maire (LR) de la ville. Avec un accès direct au "parc" de Sceaux, les quartiers limitrophes devraient aussi profiter d’une montée en gamme. "D’autant" que l’arrivée prochaine du Tram 10 permettra de rejoindre beaucoup plus facilement le RER B.

Premières commercialisations dans un an

Au total, 2 000 logements, 30 000 m2 de bureaux et 15 000 m2 de "commerces" sortiront de terre. Des équipements publics (un "groupe" scolaire, un gymnase et une crèche) compléteront l’ensemble. Les programmes les plus "« haut" de gamme » seront proposés en bordure du parc de Sceaux.

« Nous voulons faire de ce quartier une vitrine, avec une attention particulière aux aspects énergétiques et au développement durable », insiste Nicolas Gravit, directeur général d’Eiffage Aménagement. La commercialisation...