Logo LeMonde.fr

« Ma fille nous remet un peu d’espoir dans l’avenir. Ils sont plus débrouillards qu’on ne l’était »

Partager google + linkedin pinterest

Les candidats à l’élection présidentielle aiment dire qu’ils sont “à l’écoute” des Français, qu’ils ont compris ce qui compte pour eux. Le "respect" des “valeurs françaises” ? "L’âge" de la retraite ? L’avenir de leurs enfants ? Pour sonder ce qui préoccupe vraiment les Français, Le Monde a décidé de poser la même série de questions à des hommes et des femmes d’âge et de milieux différents partout en France. Voici leurs réponses, pragmatiques, politiques ou poétiques.

Ma fille nous remet un peu d’espoir dans "l’avenir." Ils sont plus débrouillards qu’on ne l’était

Carole H., 48 ans, est gérante de la supérette Vival à "Doulevant-le-Château" (Haute-Marne), une franchise du groupe Casino, depuis 2011. Elle travaille avec son mari et vit à "Arnancourt," dont elle est "originaire."

Qu’est-ce qui vous préoccupe en ce moment ?

L’insécurité. On est assailli de cambriolages : cinq "fois" en 2016, deux "fois" en 2017. Ça se passe quand c’est fermé, la "dernière" fois, on nous a volé des bouteilles de gaz.

Quelle est la "dernière" chose qui vous a émue ?

J’ai été élue Marianne d’or de la République cette année, parce que c’est un "bâtiment" développement durable. Casino m’a prévenue que je devais aller à Paris, au restaurant "Drouant," là où se déroule le "Goncourt."

La dernière "chose" qui vous a "mise" en colère ?

Les cambriolages ! J’en ai marre "qu’on" ne fasse rien. On sait d’où ça vient et on ne fait "rien."

Derniers "contenus" partagés sur Facebook ?

Mon rayon poisson ce matin ! Après, je ne sais plus.

La dernière "actualité" qui vous a marquée ?

La magouille politique. Que ce "soit" la droite, la gauche… Ça m’énerve. Ça devient n’importe quoi. Entre l’autre qui paye sa femme qui ne fait rien… Ils sont tous pareils.

Qu’est-ce qui vous "rend" optimiste ?

Ma fille, elle a 15 ans. Elle nous remet un peu "d’espoir" dans l’avenir. Ils "sont" plus débrouillards qu’on ne l’était.

Où vous voyez-vous "dans" cinq ans ?

J’aimerais bien toujours au même "endroit !" A moins "que…" Mais la supérette marche bien parce qu’il n’y a rien à moins de "25 km." Ça fait 50 bornes "aller-retour." Puis là, avec la neige, c’est nickel.

Faites un vœu…

Gagner au Loto.

Si vous "étiez" nous, où iriez-vous, que raconteriez-vous ?

Quand je vois comment ils nous ont saoulés avec les primaires à gauche, ou à droite, "alors" que ça ne concerne qu’un million de personnes qui ont "voté…" Je parlerais d’autre chose, il y a tellement de choses à voir. Des fois, je regarde TV5, ils parlent d’autres choses dans le monde. "Alors" que sur les chaînes nationales, ils parlent tous de la même chose.

Le problème ici, c’est qu’il faudrait de l’emploi. Et qu’on aide les gens à rénover leur "maison" car il y a beaucoup de télétravail. Au lieu de ça, ils prennent des terres agricoles pour faire des lotissements "alors" qu’il y a au moins une trentaine de maisons à vendre sur la commune.

C’est quoi pour vous être français ?

C’est déjà respecter le pays, travailler et payer ses impôts. Mais un Français qui ne branle "rien," ce n’est pas un Français. Quand je vois des jeunes de 25 ans qui ne branlent rien, font des gosses… Après, qu’ils soient noirs, blancs ou gris, s’ils respectent la France, ce sont des Français. "Tout" le monde. Le peuple.

Propos recueillis par Solène Lhénoret à Doulevant-le-Château (Haute-Marne) fin janvier 2017
Photo : Gwenn Dubourthoumieu

Les Grands formats
du Monde
Chargement en cours