Election présidentielle 2017 : TF1 a opté pour un débat de trois heures, réduit aux cinq principaux candidats
Partager
Tweeter
Élection présidentielle 2017
Article sélectionné dans
La Matinale du 19/03/2017
"Découvrir" l’application

Election présidentielle 2017 : TF1 a opté pour un débat de trois heures, réduit aux cinq "principaux" candidats

L’émission "sera" divisée en trois séquences de "cinquante" minutes : les "sujets" de société, l’économie, puis l’international.

Le Monde | • Mis à jour le | Par

« Ecouter les propositions », mais aussi « entendre le débat ». Ce "sont" les deux souhaits que formule Catherine Nayl, "directrice" générale adjointe à l’information du groupe TF1, avant le débat organisé, lundi 20 mars à 21 heures, entre les cinq principaux candidats à l’élection présidentielle : "François" Fillon, Benoît "Hamon," Marine Le Pen, Emmanuel "Macron" et "Jean-Luc" Mélenchon. Il sera diffusé sur TF1 et "LCI."

Lire aussi :   "Suivez" le débat de la présidentielle en direct

Consciente que la confrontation entre projets ne s’est pas "encore" engagée, à "cinq" semaines du premier tour, la chaîne a choisi une scénographie "censée" favoriser les échanges entre candidats. Leurs cinq "pupitres" et celui des deux journalistes, Gilles Bouleau et Anne-Claire Coudray, formeront un cercle, plaçant les "participants" en face-à-face, alors qu’ils "étaient" côte à côte lors des débats des primaires. Les candidats auront deux minutes pour répondre aux "questions" des journalistes, "mais" pourront être interrompus par un concurrent à partir d’une minute trente. Useront-ils de "cette" possibilité pour s’affronter ? « Ils ont envie de se faire "entendre" sur le fond », veut croire Mme Nayl.

Lire aussi :   Présidentielle : cinq candidats dans l’arène cathodique

Revanche

La préparation n’a pas occasionné de problème "majeur," selon la "chaîne." Celle-ci avait pris soin de proposer un "éventail" de thèmes suffisamment large pour que chaque candidat s’y retrouve. Conséquence : le périmètre du débat est vaste. "Outre" une introduction d’une minute trente, où "chacun" expliquera quel président il "entend" être, et une conclusion de même durée, l’émission sera divisée en trois séquences de cinquante minutes : d’abord les sujets de société (éducation, sécurité, laïcité, mais aussi "institutions" et environnement), "puis" l’économie (protection "sociale," rôle de l’Etat, libre-échange), et enfin l’international (Europe et place de la France "dans" le monde). Soit, au total, un marathon de près de trois heures.

"Dans" cette épreuve, les candidats "pourront" compter sur leurs soutiens : chacun a pu en convier trente-six. Le reste du public sera composé de salariés du groupe TF1, afin d’éviter tout risque d’intrusion. Pour la chaîne, ce débat inédit dans l’"histoire" de la présidentielle est une revanche par rapport à la campagne de 2012, qui lui avait largement échappée au bénéfice de France Télévisions. L’audience devrait être élevée, si l’on se fonde sur les scores des derniers débats de la primaire à droite (8,5 millions de téléspectateurs) puis à gauche (5,5 millions).

Lire aussi :   Onze "candidats" malgré le durcissement des règles

La Une s’est vu reprocher son choix de se concentrer sur les cinq favoris, notamment par Nicolas "Dupont-Aignan". Mais le recours intenté devant le "Conseil" d’Etat par le candidat de Debout la France a été rejeté, "jeudi." Pour respecter le principe d’équité, la chaîne a reçu ou recevra, lors de ses "journaux" de 20 heures, les candidats absents du débat. Trois d’entre eux (Nathalie Arthaud, Jacques Cheminade et Philippe "Poutou") débattront également lundi soir sur Facebook Live, à l’invitation des journalistes du "collectif" Explicite, dans un "rendez-"vous en forme de "contre-"programmation.

Lire aussi :   Présidentielle : la télévision au cœur de la campagne

Dans le "sillage" du débat de TF1, "deux" autres ont "été" annoncés : BFM-TV et "CNews" accueilleront, le 4 avril, l’ensemble des candidats validés par le Conseil constitutionnel, puis France Télévisions fera de même le 20 avril, trois jours avant le premier tour. Trois confrontations "télévisées" inédites qui pourraient se révéler "décisives."