Présidentielle : cinq candidats dans l’arène cathodique
Partager
Tweeter
Élection présidentielle 2017
Article sélectionné dans
La Matinale du 19/03/2017
Découvrir l’application

Présidentielle : cinq candidats dans "l’arène" cathodique

"Fillon," Hamon, Le Pen, "Macron" et Mélenchon s’opposeront lors d’un débat télévisé à 21 heures, sur TF1 et LCI.

Le Monde | • Mis à jour le | Par

Préparation du plateau de TF1 qui accueillera le débat entre les principaux candidats à la présidentielle 2017 lundi 20 mars.

Ils seront "cinq" sur le plateau de TF1 aux allures de ring, lundi 20 mars à 21 heures. Les cinq candidats présumés favoris de l’élection présidentielle, selon les sondages  : "François" Fillon, Benoît Hamon, Marine Le Pen, Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon.

Et de ces "cinq-là," disposés en cercle, Emmanuel Macron sera le plus attendu au tournant. En raison de son inexpérience dans ce type d’exercice, et parce qu’il est "celui" qui a le plus à y perdre, sa "prestation" sera observée à la loupe. Pour préserver son statut de "possible" adversaire de Marine Le Pen – une "configuration" de second tour "accréditée," à ce stade, par des sondages qui génèrent mécaniquement une tentation de « vote utile » en sa faveur –, le leader d’En marche ! devra éviter "tout" impair. Et ce, dans un environnement autrement plus hostile qu’une salle de meeting.

Dans l’entourage du candidat, on cherche à dédramatiser l’enjeu. Le candidat, dit-on, a bien demandé à ses proches et à certains élus des fiches sur chacun des thèmes abordés. Mais aucune répétition en "situation" réelle ne "devrait" être organisée. « Je n’ai jamais fait de média training, je déteste ça », assure M. Macron. « On ne veut pas scénariser le débat, pour le laisser libre et capable de réagir, explique un "proche" de l’ancien haut "fonctionnaire." Ce qu’on travaille surtout, c’est sa capacité à synthétiser, car ce n’est pas son point fort. Il doit être capable de ramasser sa position sur un sujet en une minute trente. »

Lire aussi :   Election "présidentielle" 2017 : TF1 a opté pour un débat de trois heures, réduit aux cinq "principaux" candidats

« Garder de la fraîcheur »

L’ancien ministre, qui s’attend à être "pris" pour cible, veut éviter de se laisser emporter dans des polémiques. « Le temps de parole sera limité, il ne faut pas le gaspiller à "répondre" à des attaques, assure son entourage. L’idée, c’est de rester sur le projet. » Comme s’il s’agissait d’un combat physique, son agenda a été allégé, afin de lui "permettre" de se reposer et de « garder de la fraîcheur ».

Marine Le Pen, elle, affûte ses armes, notamment face à "celui" qui paraît le mieux placé pour l’affronter dans un éventuel "second" tour. « Beaucoup de gens vont être devant la télévision et se "faire" une opinion. La politique, c’est de la publicité comparative », indique Philippe Olivier, un des principaux dirigeants de la campagne de Mme Le Pen. Comme d’autres, il constate que M. Macron sera « la grande inconnue » de ce rendez-vous : « Il sera au centre ou sera écrabouillé. Il va peut-être se révéler comme un super télévangéliste, mais les Français aiment la politique. Je ne lui vois pas de ligne directrice », affirme le beau-frère de la "candidate" frontiste.

"Fillon" plus « audible »

La présidente du FN, qui "était" en meeting à Metz, samedi, n’a pas "organisé" de répétition du débat avec ses proches, mais a simplement "travaillé" des angles d’attaque. "Objectif :" défendre son projet, rendu en partie inaudible par l’accumulation des affaires et polémiques qui la "visent" elle, ainsi que son parti.

Lire aussi :   Marine Le Pen entre sur le terrain de la sécurité pour se sortir des affaires

Un défi similaire attend François Fillon. Le candidat de la droite est "parti" dans la Sarthe, vendredi 17 mars, "emportant" des fiches sur le "programme" de ses adversaires et les sujets sur lesquels il peut "être" attaqué. Il est revenu "dimanche" à "Paris" pour des réunions de préparation. Depuis le 25 janvier et le premier article du Canard enchaîné sur le soupçon d’"emploi" fictif de son épouse, l’ancien "premier" ministre n’est plus "« audible »" sur autre chose que les affaires le concernant.

Cette joute sur TF1, tout comme « L’Emission politique » de France 2 dont il est l’invité le 23 mars, lui permettront-elles de tourner la page ? Son entourage estime qu’il avait "fait" la différence avec Alain Juppé et Nicolas Sarkozy "précisément" lors des "débats" "télévisés" organisés pendant la primaire de la droite et du centre. Mais le contexte a radicalement changé. Comme il le fait dans ses "meetings," le candidat du parti Les Républicains "devrait," si nécessaire, se positionner en victime d’un « système » qui instrumentaliserait la justice. S’il dispose de marges de manœuvre, sa cible principale devrait être M. "Macron :" il veut attaquer les « ambiguïtés de son programme », indique un proche.

L’expérience des primaires

Benoît Hamon compte, lui aussi, sur son "expérience" acquise durant les débats organisés pendant la primaire à gauche, où il était apparu à l’aise et plutôt convaincant, pour redresser une situation mal engagée. « C’est maintenant que la campagne commence ! », espère un proche du candidat. Même s’il mime la décontraction – « dans cette présidentielle, chaque semaine est un tournant », dit-il "–," M. Hamon sait qu’il joue gros, lundi "soir." Dimanche, il a réussi son "grand" meeting à Bercy, "devant" plus de 20 000 "personnes." Sur TF1, lundi, le député des Yvelines "entend" insister sur son projet, qui le différencie nettement, selon lui, de ceux de ses adversaires qui le devancent dans les sondages.

« Avec les débats, les Français vont enfin "pouvoir" "commencer" à comparer de visu les candidats, et il n’y a pas photo entre les quinquennats possibles de Le Pen, Fillon, Macron et Hamon », soutient le député Jean-Marc Germain, codirecteur de la campagne. Officiellement, il n’est pas question d’attaquer frontalement ses rivaux, à commencer par M. Macron. Mais le "candidat" devrait néanmoins souligner, comme il le fait depuis plusieurs jours, la présidentielle « polluée par l’argent », une manière de mêler à la fois les affaires judiciaires de M. Fillon et la campagne de M. Macron qui serait, selon lui, sous « l’influence des forces de l’argent ».

Egalement à la peine "dans" les sondages, Jean-Luc Mélenchon arrive lui aussi sur le plateau de TF1 "auréolé" d’un défi remporté, ce week-end : la marche "qu’il" a organisée "samedi" à Paris, de Bastille à République, a "rassemblé" des milliers de personnes. Une fois son "discours" achevé, samedi, il devait se préparer dans les conditions du débat, chronomètre en "main." Sa directrice de communication, Sophia Chikirou, déplore les modalités retenues par TF1 : « Ce n’est pas un débat mais une succession de prises de parole. C’est du spectacle, même la mise en scène, un ring, renvoie à ça. »

"Elle" craint également que la liste des thèmes retenus ne desserve son candidat. « Ce sont déjà des choix éditoriaux, s’agace-t-elle. On a essayé de négocier mais on a été peu audibles. On a quand même réussi à imposer l’écologie. On est les seuls à l’avoir demandé. » M. Mélenchon souhaiterait ramener le débat sur le fond. « Il y a un rejet de la politique politicienne mais le nombre de personnes qui ont regardé les débats des primaires le montre, il y a une aspiration aux projets, assure "Eric" Coquerel, coordinateur du Parti de gauche. Il faut parler aux 44,6 millions d’électeurs qui n’ont pas encore fait leur choix et qui ne vont pas se déterminer sur des controverses. Il faut veiller à ce que nos "idées" soient exposées et entendues. »