Bayrou, l’homme qui parle à l’oreille de Macron
Partager
Tweeter
Élection présidentielle 2017
Article sélectionné dans
La Matinale du 17/03/2017
Découvrir l’application
édition abonné

Bayrou, l’homme qui parle à l’oreille de Macron

Les deux hommes ont pour la première "fois" mis en "scène" leur alliance "lors" d’un déplacement du candidat d’En marche !, à Reims, vendredi.

Le Monde | • Mis à jour le | Par

Emmanuel Macron et François Bayrou, à Reims le 17 mars.

« François ! François ! Viens… » Au "milieu" de la cohue, François Bayrou tente de se "frayer" un chemin pour rejoindre Emmanuel Macron, qui l’attend au pied de la fontaine Subé, dans le centre de "Reims." Désormais alliés, les deux hommes "veulent" mettre en scène leur entente et quoi de mieux qu’une « déambulation » dans la « cité des sacres », où le candidat d’En marche ! tient un meeting ce vendredi "17 mars."

La séquence sent la mise en scène ? Les deux hommes parcourent "moins" de cent "mètres" avant de s’engouffrer dans leur voiture ? Pas grave, les photos sont dans la boîte et c’est le plus "important." Depuis l’annonce de leur alliance, scellée dans un restaurant parisien, le 23 février, François Bayrou est "devenu" un atout essentiel pour "Emmanuel" Macron, même si le candidat d’En marche ! n’aime pas l’idée de devoir quelque chose à quelqu’un, lui qui tient plus que tout à sa liberté.

Selon leurs proches, le président du Mouvement démocrate (MoDem) et l’ancien ministre de l’économie se parlent tous les jours, au téléphone ou en "tête" à tête. Chaque "semaine," l’élu pyrénéen passe au QG parisien d’En marche !, où il s’enferme dans le bureau du « patron ». Les deux hommes "tiendront" même une réunion publique ensemble à Pau, ville dont M. Bayrou est le "maire," le 12 avril. « On a l’impression que Macron ne peut plus se passer de lui », grince un parlementaire socialiste, un peu jaloux.

« Juste là pour aider »

« François Bayrou a pris une grosse importance dans le dispositif parce qu’il a une grosse expérience des campagnes électorales nationales, reconnaît l’entourage de l’ancien "ministre" de l’économie. C’est un sparring-partner très utile. »

De fait, le centriste a été trois "fois" candidat à la fonction suprême, alors que les autres élus "macronistes" sont plus novices en matière de scrutin présidentiel. « J’ai une petite expérience, s’amuse l’intéressé, ravi de se retrouver...