Élection présidentielle 2017

Autour de l’élection

L’essentiel de la journée

L’actu en vidéo

vendredi 28 juillet

jeudi 27 juillet

"vendredi" 21 juillet

vendredi 21 juillet

« Neuf propositions pour l’agriculture française »

Pour l’agronome Marc Dufumier, notre modèle "agricole" productiviste est à bout de souffle. "Alors" que se sont "ouverts" le 20 juillet les États généraux de l’alimentation, il prône un changement radical des règles de "commercialisation" des produits agricoles.

Marc Dufumier (agronome à AgroParisTech)
Sur l'exploitation agricole de Laurent Bézier, éleveur et producteur laitier à Mantilly (Orne).

"jeudi" 20 juillet

« Le compte "pénibilité," première régression sociale du macronisme »

Le fondateur de "l’Association" nationale de défense des victimes de l’amiante François Desriaux dénonce trois "« injustices »" du recul du gouvernement sur la prise en compte de la pénibilité au travail.

François Desriaux (fondateur de l'Association nationale de défense des victimes de l’amiante)
La ministre du Travail Muriel Pénicaud et le premier ministre Edouard Philippe dévoilent les réformes du droit du travail, le 6 juin 2017 à Paris. REUTERS/Charles Platiau

mardi 18 juillet

vendredi 14 juillet

jeudi 13 juillet

mardi 11 juillet

"Michel" Aglietta et Nicolas Leron : « en Europe, la méthode des "petits" pas constitue désormais une impasse »

Dans une "tribune" au « Monde », l’économiste Michel Aglietta et le chercheur Nicolas Leron exhortent les dirigeants européens à abandonner une vision comptable et budgétaire au profit des enjeux de long "terme," comme la production de biens "communs" qui accroît la sécurité, "élève" le potentiel de croissance et sauvegarde l’environnement.

Michel Aglietta (Conseiller au Centre d’études prospectives et d’informations internationales)
« Hors de l’orbite hégémonique des Etats-Unis, l’Europe n’est pas actuellement une puissance publique capable d’être autonome dans un monde conflictuel et incertain » (Photo : Emmanuel Macron et Angela Merkel avant le G20, le 7 juillet).

lundi 10 juillet

jeudi 06 juillet

Emploi : 85,3 % des salariés en CDI

Des cadres de plus en plus nombreux, le nombre de pluriactifs qui se stabilise, les inégalités de salaires toujours défavorables aux "femmes," l’édition 2017 de l’emploi, du "chômage" et des revenus du travail de l’Insee dresse le panorama du marché du travail en "France." Ce qu’il faut retenir.

Gaëlle Picut
« En 2014, en France, dans le secteur privé, le salaire net moyen en équivalent temps-plein (EQTP) s’élève à 2 230 euros par mois. »

mardi 04 "juillet "

« Emmanuel Macron, le président de Juillet »

Devant le Congrès, le président rappelle Louis-Philippe, le « roi de Juillet », qui tenta de moderniser la France au XIXe siècle, explique l’historien Grégoire Franconie, "dans" une tribune au « Monde ».

Grégoire Franconie (Chercheur associé au Centre d’histoire du XIXe siècle)
Le président Emmanuel Macron parle à la tribune devant le Parlement réuni en Congrès à Verailles lundi 3 juillet.

"« C’est" bien le président de la "République" qui définit la politique "nationale »"

"Dans" son discours devant le Congrès, le "président" Macron « n’a ni rabaissé ni rangé au rang de collaborateur son premier ministre. Au contraire, ce dernier est valorisé », souligne le "constitutionnaliste" Jean-Philippe Derosier dans une tribune au « Monde ».

Jean-Philippe Derosier (Constitutionnaliste, professeur agrégé de droit public, université Lille-II, Droit & Santé, directeur scientifique du Forum international sur la Constitution et les institutions politiques et auteur du blog La Constitution décodée)
« Cette déclaration devant le Congrès n’est point révolutionnaire : nouvelle dans la forme, elle ne chamboule pas les institutions » (Emmanuel Macron, président de la République, parle devant le Parlement réuni en Congrès à Versailles, le 3 juillet).

« Un discours ? Non, une révolution »

"Dans" sa chronique, Françoise Fressoz, éditorialiste au "« Monde »," estime que l’objectif du président, lundi à Versailles, n’était pas d’effacer son premier ministre mais de confirmer l’ampleur de la révolution qu’il entend "conduire" dans le pays.

Françoise Fressoz
Discours d’Emmanuel Macron devant le Congrès réuni à Versailles, le 3 juillet.

lundi 03 juillet

vendredi 30 juin

mercredi 28 juin

vendredi 23 juin

Un bac plus « musclé », "pourquoi" faire ?

Le président "Macron" et le ministre de l’éducation, Jean-Michel Blanquer, veulent-ils un bac plus "musclé" ou préparer la sélection à l’université ? Le point de vue de Jean-Claude Garcia, professeur de sciences "économiques" et sociales.

Une épreuve du baccalauréat au lycée Fustel de Coulanges à Strasbourg.

mardi 20 "juin "

Emmanuel Macron, un « despote éclairé » ?, par Guy Sorman

Les pleins pouvoirs "dont" dispose le président, qui va "être" en mesure de faire passer des réformes non débattues et non "négociées," doivent nous alerter sur les risques d’une dérive despotique, analyse Guy Sorman, écrivain et essayiste, dans une tribune au « Monde ».

Guy Sorman (Ecrivain et essayiste)
« Le présidentialisme français, forme légale du despotisme éclairé, est mal fait pour notre société fragmentée » (Photo: bureau de vote à Evry, Essonne, le 11 juin).

lundi 19 juin

mercredi 14 "juin "

mardi 13 "juin "

"dimanche" 11 juin

samedi 10 juin

vendredi 09 juin

jeudi 08 juin

"mercredi" 07 juin

samedi 03 juin

jeudi 01 juin

Internet profite du vide

Pendant les élections, l’audiovisuel est strictement réglementé, mais les "réseaux" sociaux et les "sites" d’information bénéficient d’une grande liberté, parfois au prix de dérapages. Comment encadrer les "pratiques" numériques ?

"Frédéric" Joignot

Alain Touraine : « Macron, le choix de l’avenir contre celui du "passé »"

Dans une tribune au « Monde », le sociologue "estime" qu’il faut donner aux législatives une majorité à Emmanuel Macron, qui a sauvé la France du nationalisme populiste.

Alain Touraine (Sociologue, directeur d’études à l’École des Hautes études en sciences sociales (EHESS), fondateur du Centre d’analyse et d’interve...
« les Français ont mérité, plus qu’ils ne le pensent, le grand pas vers leur redressement qu’ils peuvent maintenant accomplir » (Photo: Emmanuel Macron, le 27 mai, lors du G7 à Taormina, en Italie).

mercredi 31 mai