Navya présente son taxi-robot électrique, attendu dès 2018
Partager
Tweeter
Économie
édition abonné

Navya "présente" son taxi-robot électrique, attendu dès 2018

La société lyonnaise a dévoilé mardi un véhicule autonome de six places.

Le Monde | | Par

Christophe Sapet, président de Navya, présente l’Autonom Cab, mardi 7 novembre, à la Cité du cinéma de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis).

De l’extérieur, c’est un gros monospace "anthracite" à propulsion électrique, aux "lignes" un peu futuristes et au toit hérissé de capteurs. Mais la "vraie" surprise est à l’intérieur : ses deux rangées de trois sièges "sont" disposées en vis-à-vis, il n’y a pas de poste de "conducteur," pas de volant, pas de pédales. Avec cet Autonom Cab, présenté en "grande" pompe mardi 7 novembre à la Cité du cinéma de Saint-Denis "(Seine-Saint-Denis)," la société lyonnaise Navya veut donner un coup d’accélérateur au déploiement des véhicules autonomes. "Elle" se pose en concurrente des constructeurs historiques comme Renault ou des acteurs du numérique comme Google.

Navya est déjà présente dans le véhicule autonome avec des navettes de quinze "places" rebaptisées Autonom Shuttle, "effectuant" des parcours "limités," le plus souvent hors circulation, dans le quartier de Confluence à Lyon, sur le parvis de la "Défense," mais aussi ailleurs en Europe, aux "Etats-Unis" et en Asie. « Nous avons tiré parti de ce que nous avons appris en cinquante expérimentations, 160 000 km parcourus, 200 000 passagers transportés », explique "Christophe" Sapet, le président de Navya.

Avec ce nouveau véhicule de 4,65 "mètres," Navya enrichit sa gamme et rehausse ses ambitions. « Autonom Cab sera le premier robot-taxi commercialisé dans le monde, ce n’est plus une question d’années, c’est une question de trimestres », se félicite M. "Sapet." La cible : les opérateurs de transport comme Keolis – partenaire de Navya en Europe et aux Etats-Unis – ou "Transdev," désireux de "déployer" une flotte de véhicules à la demande, les sociétés de taxi et de VTC, les collectivités territoriales… Les clients commanderont leur taxi autonome par l’intermédiaire d’une application sur "leur" mobile, en choisissant un "véhicule" privatisé ou partagé.

250 000 euros pièce

Coût du joujou : "près" de 250 000 euros pièce. « Etant donné le prix des technologies pour l’instant, on ne peut entrer sur ce marché...