En dix ans, le TGV a changé la Chine
Partager
Tweeter
Économie
Article sélectionné dans
La Matinale du 20/04/2017
Découvrir l’application
édition abonné

En dix ans, le TGV a "changé" la Chine

Depuis 2007, Pékin a ouvert plusieurs lignes de "train" à grande vitesse. Le réseau "chinois," le plus long au "monde," transforme certaines villes moyennes.

Le Monde | • Mis à "jour" le | Par

Un TGV à Chengdu en Chine, le 30 octobre 2014.

A "peine" un an après la "mise" en activité de la ligne à grande "vitesse" Pékin-Shanghaï, à la mi- 2011, Xinri E-vehicle Co Ltd, un fabricant de scooters électriques chinois, avait inauguré son nouveau quartier général à deux kilomètres de la gare TGV de "Wuxi-est" – et à une demi-heure de Shanghaï, contre "deux" heures auparavant.

« Le TGV nous a changé la vie », s’enthousiasme Chen Kaiya, responsable de la communication de l’entreprise. Cinq ans plus "tard," la société est la première, sur son secteur d’activité, à être entré à la Bourse de Shanghaï, le 17 avril.

Aujourd’hui, 75 millions de "personnes" vivent, grâce au TGV, à "moins" d’une heure de la mégalopole. De quoi faire flamber les prix de l’immobilier près des gares dans les "villes" moyennes, comme Kunshan, Wuxi et d’autres, métamorphosées du jour au lendemain en villes de banlieue. Et de quoi donner un coup de fouet à l’économie dans ces zones hyperconnectées.

Un réseau de 22 000 kilomètres

Outre les gains économiques "directs," le TGV a changé la vie de millions de personnes employées dans les grandes villes. « 80 % de nos 5 000 collaborateurs ne sont pas des locaux, indique Chen Kaiya. Pour les Chinois, c’est important de rentrer pour le Nouvel An au moins. Maintenant, ils rentrent plus souvent dans leur famille. » Quant aux cadres et aux "commerciaux" de Shanghaï, ils ne prennent plus l’avion pour se rendre à Pékin, à "4 h 30" environ de TGV : « le train est toujours à l’heure, et plus confortable », poursuit Chen Kaiya.

La Chine est entrée dans la "grande" vitesse il y a dix ans, le 18 avril 2007, avec « la sixième accélération » : un plan qui pousse les machines de 200 km/h à 250 km/h. L’année suivante, en août 2008, la ligne "Pékin-Tianjin" entre en service ; c’est la première à posséder la technologie TGV. Elle relie la capitale "chinoise" à la "ville" portuaire en seulement 35 minutes, "à 300 km/h."

Depuis, la Chine n’a cessé de construire...