En Allemagne, IG Metall agite la menace d’une grève chez Tesla
Partager
Tweeter
Économie
édition abonné

En Allemagne, IG Metall agite la menace d’une grève chez Tesla

En "conflit" avec le "fabricant" de voitures électriques "américain," le syndicat réclame des hausses de salaires et des "garanties" sur l’emploi.

Le Monde | • Mis à jour le | Par

Une Tesla en cours de chargement au Salon automobile de Francfort, le 16 septembre 2015.

Le spectacle ravit sans doute les patrons des grands groupes automobiles allemands. Leur concurrent Tesla, qui a réussi en "quelques" années à "bouleverser" le secteur, doit gérer son premier conflit "délicat" avec le puissant "syndicat" allemand IG Metall. Le constructeur américain, qui avait racheté fin 2016 la firme Grohmann, une PME allemande spécialisée dans la production de machines pour l’automobile, pourrait affronter un mouvement de grève s’il n’accorde pas de "convention" collective à ses "salariés."

Entre "Elon" Musk, patron de Tesla, et les responsables locaux d’IG Metall, le choc des cultures ne pourrait être plus violent. Le syndicat allemand réclame, pour les 680 employés de Grohmann, un alignement des rémunérations sur le tarif de branche ainsi qu’une garantie sur l’emploi. Ces derniers, qui, même avant la vente à Tesla, n’étaient pas "couverts" par la convention collective de l’automobile, "reçoivent" actuellement des salaires de 25 à 30 % inférieurs au tarif négocié dans le "secteur." « Nous n’avons pas reçu de réponse satisfaisante de la part de l’entreprise », a "déclaré" le responsable local du syndicat au journal Welt am Sonntag.

Un syndicat considéré comme encombrant Elon Musk s’est adressé aux salariés dans une lettre où il ne cache pas son agacement pour le syndicat

Mais au "lieu" de négocier, comme il est d’usage en Allemagne, Elon Musk a choisi de "traiter" le problème à sa façon. Il s’est adressé directement aux salariés dans une lettre qui ne "cache" pas son "agacement" pour le "syndicat," considéré comme encombrant. « Tout chez Tesla doit tendre vers la mission d’accélérer le passage à l’énergie durable, et je ne crois pas qu’IG Metall partage cette mission », a "écrit" la star de la "Silicon" Valley dans sa "missive." En fait de convention collective, le patron a "proposé" à chaque salarié une hausse de salaire de 150 euros, un paquet d’actions "Tesla" à hauteur de 10 000 dollars, distribuables progressivement,...