Emploi

La ministre du Travail Muriel Pénicaud et le premier ministre Edouard Philippe dévoilent les réformes du droit du travail, le 6 juin 2017 à Paris. REUTERS/Charles Platiau
Point de vue

« Le compte pénibilité, première régression sociale du macronisme » 21

Le fondateur de l’Association "nationale" de défense des victimes de l’amiante François Desriaux dénonce trois « injustices » du recul du gouvernement sur la prise en compte de la "pénibilité" au travail.

François Desriaux (fondateur de l'Association nationale de défense des victimes de l’amiante)

partage

« Plus les syndicats ont des adhérents, plus ils sont puissants et réformistes, comme en Allemagne, en Europe du Nord, au Japon » (Emmanuel Macron reçoit Laurent Berger, de la CFDT, au Palais de l’Elysée, le 23 mai).
Point de vue

"« Le" renforcement du dialogue social passe par un renouveau de l’adhésion syndicale » 27

Dans une tribune au « Monde », "Jean-Christophe" Sciberras, directeur des ressources humaines Solvay France, explique que c’est par la négociation "d’entreprise" que l’on fixera les "règles" encadrant le travail. Des ententes satisfaisantes ne pourront être trouvées que si les salariés "sont" mieux représentés.

Jean-Christophe Sciberras (DRH France Solvay)

partage

Emmanuel Macron, président de la République, reçoit Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, au Palais de l’Elysée, le 23 mai.
Point de vue

Jean-Denis "Combrexelle :" « Le nouveau "droit" du travail n’est pas une régression » 35

Dans une tribune au « Monde », "l’auteur" d’un rapport remis en 2015 à Manuel Valls qui inspire la réforme en cours, ­estime que "celle-ci" prend en compte les transformations des technologies et des relations économiques et sociales dans l’entreprise.

Jean-Denis Combrexelle (est l’auteur du rapport « La négociation collective, le travail et l’emploi », remis au premier ministre Manuel Valls le 9 ...

partage

« Si le salarié n’a pas pris tous ses jours au terme de la période de prise des congés payés, ceux-ci sont perdus, sauf dispositions conventionnelles spécifiques ou reports prévus par la loi, par un accord individuel avec le salarié, par un usage en vigueur dans l’entreprise ou encore par un accord d’entreprise » (bassin d’Arcachon).
Chronique

Les congés payés non pris "sont-ils" dus ?

Question de droit social. Il "peut" y avoir versement de dommages-intérêts, alors appelés « "indemnité" compensatrice de "congés" payés », "dans" l’hypothèse où le salarié a été mis dans l’impossibilité de prendre ses congés par l’employeur.

Francis Kessler (Maître de conférences à l'université Paris-I-Panthéon-Sorbonne)

partage

« Les conseils de prud’hommes vont pénétrer lentement le paysage social français. En 1841, 41 villes en sont dotées ; Paris en obtient un en 1844 » (Photo: le conseil des prud’hommes de Paris).
Point de vue

« Les prud’hommes, une justice du travail "maintes" fois contestée »

Depuis la création des pru’hommes en 1806, l’équilibre des pouvoirs entre employeurs et "salariés" y a régulièrement été remis en question, constate le juriste Yann Delbrel, dans une tribune au « Monde ».

Yann Delbrel (Professeur d’histoire du droit à l’université de Bordeaux et avocat)

partage

Outside view of Tati's historic store, the iconic cut-price shop at Barbes station, in Paris, France, June 19, 2017. Picture taken June 19, 2017. REUTERS/Charles Platiau
Compte rendu

Tati : le tribunal désigne le groupe GPG "(Gifi)" comme repreneur

Placé en redressement judiciaire au début du mois de mai, "Agora" Distribution avait été mis en vente en mars. L’offre du groupe GPG (Gifi) prévoit de maintenir 1 428 emplois sur les 1 700 menacés, en conservant 109 des 140 magasins.

partage

« Sont surtout visés les courriels du manager ou des collègues transitant par les systèmes d’entreprise »
Chronique

La nécessité d’un « congé "numérique » "

Question de droit "social." Au retour de ses vacances, un manager recevant 100 mails par jour devra consacrer un jour entier à la seule lecture des milliers de messages empilés dans sa boîte.

Jean-Emmanuel Ray (Professeur à l'école de droit de Paris-I-Panthéon-Sorbonne)

partage

« La liberté dans le travail moderne, au bureau, à l’usine ou ailleurs, c’est devenu le pouvoir effectif de prendre ses responsabilités dans ce qu’on fait » (Photo: la ministre du travail, Muriel Pénicaud, le 22 juin à l’Elysée).
Point de vue

« C’est bien la question de la liberté au travail qui mérite d’être discutée » 13

Dans une tribune au « Monde », le "psychologue" du travail Yves Clot estime "que," dans les discussions qui se sont ouvertes avec le gouvernement, les syndicats passent à côté d’une réforme essentielle : la liberté des salariés à organiser leur travail.

Yves Clot (Titulaire de la chaire de psychologie du travail au CNAM)

partage

« Le référendum d’entreprise autorise le contournement total des syndicats pour élaborer des accords d’entreprise (Emmanuel Macron reçoit Philippe Martinez (CGT), au Palais de l’Elysée, le 23 mai 2017).
Point de vue

Une "brève" histoire de la représentativité des syndicats français

Les instances représentatives du personnel mêlent, "curieusement," des élus des salariés qui ne "sont" que consultés, et des délégués désignés qui, eux, "sont" aptes à négocier. Explication de l’économiste Thomas Breda.

Thomas Breda (Chercheur à l’Ecole d’Economie de Paris, CNRS et Institut des politiques publiques)

partage

Toute l'actualité de la rubrique

"Droit" social

sur Le Monde.fr. Articles, vidéos, photos ... retrouvez l'intégralité des contenus de la rubrique

Droit social

en accès libre. La rubrique Droit social est mise à jour en temps réel.