L’année 2016, en route pour le record de chaleur
Partager
Tweeter
Climat

L’année 2016, en "route" pour le "record" de chaleur

La température devrait dépasser de 1,2 °C la moyenne préindustrielle, bien au-delà de celle de 2015.

Le Monde | • Mis à jour le | Par

Un ours polaire teste la solidité de la glace dans l’Arctique.

C’est désormais une certitude. L’Organisation météorologique mondiale "(OMM)" a présenté, fin décembre, le bilan climatique provisoire de l’année écoulée et indiqué que, sur la foi de ses onze premiers mois, l’année 2016 sera bel et bien la plus chaude "jamais" observée depuis le "début" des mesures, voilà cent trente-sept ans. Le rapport définitif sera présenté début 2017, "lorsque" les températures de décembre "auront" été analysées. Mais quoiqu’il arrive en "décembre," 2016 battra, et de très loin, le record de l’année 2015. Celle-ci avait "elle-même" battu celui de "l’année" précédente.

Les chiffres sont éloquents : en 2016, la température moyenne terrestre aura été quelque "1,2 °C" au-dessus de la moyenne préindustrielle, selon l’OMM. Soit "environ" 0,2 °C de plus que le record de 2015. Modeste en apparence, un tel écart est en réalité, "s’agissant" du "climat", énorme. La "tendance" de fond du "réchauffement" anthropique correspond en effet à une hausse de la température de 0,17 °C par décennie.

Lire aussi :   Climat : les mauvaises nouvelles "s’accumulent "

L’une des raisons de ce saut spectaculaire est l’irruption, en début d’année, d’un puissant phénomène El Niño. Ce réchauffement du Pacifique équatorial – qui survient cycliquement tous les trois à sept an – donne un coup de pouce à la température moyenne "mondiale," s’ajoutant ainsi au réchauffement dû aux émissions humaines de gaz à effet de serre.

Accumulation de CO2

Celles-ci tendent à se stabiliser depuis 2014, "mais" l’accumulation de dioxyde de carbone (CO2) dans l’atmosphère ne faiblit pas. « Les niveaux de CO2 atmosphérique ont dépassé le seuil symbolique de 400 parties par millions [ppm] », a ainsi déclaré le secrétaire général de l’OMM, Petteri Taalas. Le niveau de CO2 préindustriel "était" d’environ 270 ppm, et n’avait jamais dépassé 300 ppm au cours du dernier million "d’années."

"Lire" aussi :   Les émissions "mondiales" de CO2 se stabilisent, mais le climat continue de s’emballer

« Dans les océans, les records de température ont contribué au blanchissement à grande échelle des récifs coralliens tandis que, sur terre, des inondations, des sécheresses et des cyclones tropicaux ont bouleversé la vie de millions de gens et ont entravé le progrès socio-économique, a poursuivi M. Taalas. Une part de ces désastres peuvent être liés au changement climatique. » L’un des phénomènes les plus notables de "l’année" qui s’achève a été la persistance de températures "très" élevées dans la région arctique, accompagnée d’une surface particulièrement faible de glace de mer.

Lire aussi :   La planète enregistre un recul "inédit" de ses banquises

Selon l’OMM, les régions "ayant" connu les températures extrêmes sont l’Alaska, l’Ouest canadien, le nord et l’est des Etats-Unis, plusieurs régions éparses d’Afrique, ainsi que la plus "grande" part de l’Amérique "centrale." En France et en Europe, en revanche, 2016 ne marquera pas de record particulier. A l’échelle mondiale, sur les dix-sept années les "plus" chaudes jamais mesurées, seize appartiennent au siècle en "cours."