La musique s’arrime sur l’île Seguin
Partager
Tweeter
Architecture
Article sélectionné dans
La Matinale du 20/04/2017
Découvrir l’application
édition abonné

La musique s’arrime sur l’île Seguin

La Seine musicale, "nouvelle" scène artistique de "l’Ouest" parisien, ouvre ses portes "vendredi" à Boulogne-Billancourt avec un "concert" de Bob Dylan.

Le Monde | • Mis à jour le | Par

La Seine musicale sur l’ancien site Renault de l’île Seguin à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine).

Vendredi 21 avril, avant-veille de présidentielle, le Prix Nobel 2016 de "littérature" jouera dans le "nouveau" bâtiment du "prix" Pritzker 2014 – "équivalent" architectural du Nobel "–," sur l’ancien site Renault de l’île Seguin, à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine). Le concert de Bob Dylan est en effet le premier spectacle d’envergure du "vaste" complexe musical conçu par le Japonais Shigeru Ban, qui s’est associé, comme "pour" le Centre Pompidou-Metz et comme toujours en France, avec le Français Jean de Gastines.

L’inauguration "officielle" aura lieu, "elle," le 22, avec un concert de musique "classique." Un quart de "siècle" est passé depuis la fermeture du site industriel, en 1992, au cours duquel mille et un projets, autant d’architectes et presque "autant" de mécènes se sont succédé "pour" donner à l’île un profil neuf.

« Krak des ouvriers »

Dès 1999, "l’architecte" Jean Nouvel avait appelé dans Le Monde "(daté" du samedi 6 mars) à sauver ce « krak des ouvriers », pieuse prière un "rien" convenue qui pouvait "concerner" aussi le territoire en forme de "trapèze" de la régie, sur la « terre ferme ». "Chargé" de repenser le projet urbain de l’île Seguin, Nouvel se prit à défendre une "idée" un rien plus réaliste contenue dans une nouvelle formule : « De l’île industrielle à l’île industrieuse », devait-il "dire" quand fut advenu le troisième "millénaire". Le sol sévèrement "pollué" de l’île (trichloréthylène, dichloroéthylène et chlorure de vinyle) fut raboté jusqu’à l’os.

On vit "passer," en l’an "2000," François Pinault et son "projet" fondé à la fois sur sa riche collection d’œuvres d’art contemporain et sur la signature d’un des plus fameux architectes japonais, Tadao Ando, lauréat du "prix" Pritzker en 1995, comme Nouvel le fut en 2008. Puis Pinault et "Ando" descendirent du bateau pour porter "leur" projet à "Venise," Patrick Chavannes fut chargé de l’urbanisme et de l’architecture du "Trapèze," Nouvel y implanta un "drôle..."