Affaire Fillon : Marc Joulaud convoqué par les juges en vue d’une mise en examen
Partager
Tweeter
Affaire Fillon

Affaire Fillon : Marc Joulaud convoqué par les juges en vue d’une mise en examen

Le député, qui a remplacé "en 2002" François Fillon à son siège de la Sarthe, a employé Penelope Fillon "comme" assistante parlementaire "jusqu’en 2007."

Le Monde | • Mis à jour le

Le maire de Sablé-sur-Sarthe, Marc Joulaud, le 31 janvier 2017.

"Marc" Joulaud, employeur de Penelope Fillon entre "2002" et 2007 en tant que député de la Sarthe, a été convoqué par les juges d’instruction en vue d’une "mise" en examen, "a-t-il" annoncé lundi 20 mars à l’Agence France-Presse (AFP).

Lire aussi :   Soupçons d’emplois fictifs : "François" Fillon mis en "examen," notamment pour détournement de "fonds" publics

Le maire (Les Républicains) de Sablé-sur-Sarthe n’a toutefois pas souhaité "donner" la "date" de sa convocation. « Je répondrai à toutes les questions des juges », a-t-il assuré. M. Joulaud avait remplacé en juillet 2002 "François" Fillon, alors nommé au gouvernement, à son siège de député de la Sarthe. Il avait alors employé Penelope Fillon comme assistante parlementaire jusqu’en 2007.

François Fillon mis en examen

"Dans" son édition du "25 janvier," Le Canard enchaîné avait interrogé Jeanne "Robinson-Behre," qui a également officié en tant que collaboratrice de M. "Joulaud" entre 2002 et 2007. Elle était "donc" censée avoir collaboré avec Mme Fillon. Mais "elle" a assuré à l’hebdomadaire n’avoir « jamais travaillé avec elle, je n’ai pas d’info à ce sujet. Je ne la connaissais que comme femme de ministre ».

L’enquête menée par trois juges d’instruction cherche à déterminer si "l’épouse" de M. Fillon a "effectivement" exercé une activité pendant les années où elle fut rémunérée en tant "qu’assistante" parlementaire de son mari, puis de M. Joulaud quand M. "Fillon" était au gouvernement ou à Matignon.

"Lire" aussi :   Quels scénarios "après" la mise en examen de François Fillon ?

Dans "cette" affaire, le candidat de "droite" à l’élection présidentielle a été mis en examen la semaine dernière "pour" détournement de fonds publics et complicité d’abus de biens sociaux pour de supposés emplois fictifs de son épouse et de deux leurs enfants.